Fucking Good !

| 0 commentaires

Comme je parle beaucoup plus facilement de ce qui ne va pas que de ce qui va, je vais simplement emprunter les mots du Monde des Séries, le blog d'un journaliste du Monde qui parle, vous l'aurez deviné, des séries. Et de quel série sagit-il aujourd'hui ? Breaking Bad !


On aimerait parfois repousser le point final d’une histoire. Le reculer d’un mot, d’une phrase, d’un paragraphe, puis d’une page, d’un chapitre, d’un tome. On aimerait que, comme dans un livre de sable, l’aventure se prolonge sans s’essoufler, qu’elle se renouvelle sans effort et sans arrêt, que sa magie perdure simple et inexpliquée.

C’est le sentiment que l’on éprouve au visionnage du septième et dernier épisode de la saison 1 de Breaking Bad, qui a été diffusé sur le réseau AMC dimanche soir. Dans une note précédente, nous évoquions l’idée que cette série disposait de tous les atouts pour devenir un objet de culte.

Si la première saison des aventures de Walter White (Bryan Cranston), anonyme professeur de chimie reconverti en trafiquant de métamphétamine, et de son ancien (mauvais) élève, Jesse Pinkman (Aaron Paul) ne compte que sept opus, on le doit à la grève des scénaristes d’Hollywood qui a perturbé la production des studios entre novembre et janvier. A l’origine AMC avait signé pour une série en 13 épisodes.

Bien que l’histoire ait été amputée de près d’une moitié, Vince Gillian, l’un des producteurs des X-Files, a réussi un coup de maître tout à fait remarquable. Au point que l’on trépigne sur son fauteuil en attendant le début de la saison 2.

Il faut dire que Bryan Cranston est tout simplement sublime dans son interprétation de Walter White, personnage insignifiant, vêtu de pull qu’aurait pu lui tricoter sa grand-mère et propriétaire d’une voiture qui fut certainement mise au rebus des usines Lada au milieu des années 50.
Et je vous déconseil de lire la suite de l'article qui spoile un max sans prévenir. Pour tout vous dire, hier soir je voulais juste me faire un épisode avant d'aller me coucher. Oh et puis un autre tiens. A 5h du matin j'y étais encore et j'en voulais encore en voyant la fin de la saison 1 défiler devant moi. Magistrale et culte de bout en bout tout simplement !


Ils sont vraiment trop fort ...

Vous avez eut quoi à Noël ?



Et là, je ne peux m'empêcher de me dire que diantre, elles sont bien contente les gamines de 8 ans max d'avoir eut une Wii à Noël ... Des jeux ? Non, les jeux ça sert à rien, il y a Wii Sport dans la console, ce qu'on veux c'est une Wii, le reste on s'en fout !

Pensées Dominicales.

| 0 commentaires


Découvrez Kyo!

En attendant ...



Mouais ... J'ai toujours des doutes moi ... ^^

Fini !

| 1 commentaires

J'ai pas perdu ma matinée dites donc, j'ai fini Pacman CE ce matin !


Et je viens de finir la saison 3 de Dexter au passage ... Et là, je me dit que diantre, il a ma barbe le salaud ! Dexter c'est moi !

Gagné !

Un banco et hop ! 2€ ! Un morpion et hop ! 100 € ! ^^

Joyeux Noel !! :D

En attendant ...


C'est pour ça que je n'utilise plus eMule. Bien trop dangereux ! ^^

On ne casse un coeur qu'une fois.

| 0 commentaires

Il y a une bonne dizaine d'année, quand tous les jeunes de mon age avaient visé sur les oreilles des écouteurs en mousse, que les K7 se cognaient entres-elles dans les sacs à dos, que les lecteurs de CD portables étaient hors de prix et sautaient au moindre mouvement, moi je faisais mon rebel. C'est quoi la musique ?

Il parait qu'on m'appelait PlayStation à l'époque, je ne m'en souviens pas (peu) mais si on me dit, c'est que ça doit être vrai. La musique pour moi ce n'était qu'une suite de son. Un verre qu'on pose sur une table, la TV qu'on éteind, la porte qu'on ferme, il y a des sons partout. Je gratte une corde de guitare, je souffle dans ma flute, je tape un caillou, il y a des sons partout. Pourquoi "la musique" serait-elle se qu'on dit d'elle, entrainante, apaisante, défoulante ? Qu'est-ce qui fait réellement la différence entre du rock, du funk, du classique ? L'ordre des sons ? L'avis d'un soit-disans connaisseur ? Le "King of Pop" signifiait "Le roi de la musique populaire", qu'est-ce qui fait d'une musique une musique populaire ? Qui le décide ? Le peuple ? Alors pourquoi Highway to Hell se range-t-elle dans le rayon Hard Rock plutôt que Pop ? Il y avait beaucoup trop d'irationalité dans la musique. Trop d'incohérence. Je ne comprenais pas. Je n'aimais pas.

Je ne sais plus où j'ai entendu ça dernièrement mais il parait qu'on ne casse un coeur qu'une fois. Ensuite ce n'est plus pareil.

Comme chacun sait, je me sens bien avec mon célibat. Il y a quelques mois déjà que j'en ai fini de culpabiliser à chaque seconde que je peux passer, comme tout le monde, seul à un moment donné. Je ne cherche pas particulièrement à me cacher, ni à me ranger. Je suis bien, tout simplement. Je suis même plutôt à la recherche de plein de chaire fraiche. Fraiche. Des tonnes. Comme un vampire, gouter à tout ce qui souri, tous ces petits yeux qui brillent. Je vous arrête tout de suite : Rien, définitivement rien de sexuel. Je n'ai jamais été homnibulé par ma bite. La théorie de la prostitution pour éviter les viols je n'y crois pas une seconde. C'est incompréhensible. Quand j'entends ici ou là un mec dire "Ca fait X semaines/mois, j'ai trop besoin." je ne comprends pas. Qu'il tente de se faire plaindre pour avoir droit aux yeux de biche d'une charmante pourquoi pas, mais le coté "faut que je me vide" ... No comprendez. Bref, tout ça pour dire que je prends vraiment un plaisir certain à rencontrer des filles. Ca m'a pris au mois d'Aout. Et, jeune, con et insouciant j'ai fini dans les bras de Julie sans réfléchir. Au final je lui ai brisé le coeur et je m'en voudrais toujours. Non, j'aime rencontrer des filles, elles sont toutes différentes. Julie n'est pas Pascale. Pascale n'est pas Amandine. Amandine n'est pas Jen, Jen n'est pas Aurélie, ect, ect, ect ... Et petit à petit je cerne de mieux en mieux ce qui me plait, ce qui me plait moins, les vices cachés, les petits caractères ...

Quand mon tout premier patron ne m'a pas résigné pour que j'aille faire mon service militaire j'ai pris tout mon temps pour savoir ce que j'avais envie de faire dans la vie. J'ai bien mollement essayé l'informatique, mais ça n'a pas prit. J'ai bien essayé la fonction publique mais je m'y suis vite ennuyé. Et finalement je suis retourné à mon premier amour. J'ai comme l'impression de chercher ce qui me plait, de tenter des trucs qui ne sont pas pour moi, d'autres qui m'ennuie ... Et puis ...

Si je faisais le parallèle avec mon parcours professionnel et mon parcours sentimental je ne pourrais que constater les similitudes. Je le ferais un jour tiens.

Tout ça pour dire quoi au final ? Quand j'ai pris le clavier je savais où j'allais. Et je me suis perdu. Comme souvent. Je voulais dire qu'en ce moment au niveau des sentiments, de l'amour, je me sens comme vis à vis de la musique il y a 10 ans. Mon coeur brisé peut-être ne me permet plus de comprendre ce sentiment étrange. Ce besoin vicéral m'est étrangé. Je regardais Dexter ce soir et vint "enfin" la scène du bisou (je ne spoile pas trop là c'est bon), je regardais ces deux là s'embrasser fougeusement, ils en avaient envie tous les deux depuis un moment, ils le jouaient bien ... mais je ne ressentait rien. Pourtant j'ai connu ce doux frisson. Des années durant. J'ai même connu sa frustration. Son mal. Et puis maintenant, plus rien. Pourquoi ? Qui saura m'y redonner goût ? Qu'elle main me rendra une nouvelle fois dépendant ? De quel cou mes lèvres deviendron-elles folles ?

Évidemment personne ne me crois quand je dit ça, quand je laisse sous-entendre. Dire qu'on est bien avec son célibat, que je ne suis pas "bito-guidé" ... Personne n'y croit une seconde.

En attendant ...


Bah ouais, ils sont toujours là ! http://www.dailymotion.com/lascars

Ma liste de Nouwel ! :nerd:

| 1 commentaires

Pris dans le boulot et le stress j'ai carrément pas vu Noël venir cette année, faut dire qu'il n'y a pas de p'tites m'ringue cette année ... Comment voulez vous que ça se passe bien dans de telles conditions ? Je n'ai tellement pas vu venir Noël que j'en aurais presque oublié le principe même, faut faire des cadeaux. Nous sommes le 20, ah non merde, 21 déjà et je n'ai même pas réfléchi une seconde à quoi offrir à qui ... Et comme on me l'a demandé (et que c'est bien pratique), j'ai quand même prit le temps de penser à moi ! :)

Forcément, un grand classique, le jeux vidéal fait toujours bon effet sous le sapin, comment résister à Mirrors Edge, Left 4 Dead, Dragon Quest 8 (oui, je vais rebrancher ma PS2 cet après midi), ou encore Shadow of The Colossus ? Comment ? Parfois cependant, on aime juste se crouter une bonne fois pour toute avec pour seules compagne une bonne canette et une zapette, à matter par exemple LSDA - La communauté de l'anneau et Le retour du roi en VOST, Version Longue et Collector. J'ai déjà les Deux Tours. Je ne rechignerais pas d'avoir un peu d'aide pour completer ma collection de saisons de Simpsons qui n'en fini pas, je n'ai que les saisons 1, 2, 3 et 4 pour le moment. Et puisqu'il faut bien commencer (en VOST) un jour, je me ferais bien BattleStar Galactica Saison 1 tant que j'y suis.

Et puis sinon, mon petit coté suédois, une couette MYSA STRÅ, des couverts VINJETT ou un mirroir STAVE ça fait toujours zizir.

A votre bon coeur m'sieurs dames ! :)


C'est pas ma faute la photo, c'est le premier résultat sur Google Images.

Mission Accomplie !!

| 2 commentaires

L'annonce.

| 2 commentaires

Et voilà, à un moment donné il faut savoir prendre des couilles à son cou et expliquer à son patron qu'au lieu d'avoir héroïquement terminé un chantier dans les temps on a perdu 3000€ de matos ...

Pour faire ça bien j'ai fait sonner mon reveil encore plus tôt que d'habitude, je suis parti de chez moi encore plus tôt que d'habitude et je suis arrivé à la boite avant tout le monde. Le but étant de pouvoir expliquer au patron ne pourquoi du comment que non, contrairement aux apparences, le matériel n'a pas fini à la poubelle. Et puis vu qu'au passage il fallait que je lui dise que non, je ne travail ni jeudi (Prud'hommes) ni vendredi (RTT) cette semaine et qu'il me manquais quand même ça et ça pour finir finir le chantier.

La différence entre le grand patron et le chargé d'affaire c'est que quand on lui dit quelque chose, il s'en occupe de suite, il ne colle pas un post-it en disant qu'il va s'en occuper mais ne le fais jamais. Du coup je lui courrais un peu derrière avant de lui annoner la grande nouvelles, et le temps passait, et les gens arrivaient, et je stressais.

Et puis j'ai finalement craché le morceaux, devant tout le monde. Et il a dit :

"Ah ouais ? Bah je vais en recommander une dizaine alors."

Ce qu'il a fait sur le champ. Le lendemain j'avais un sachet avec une dizaine de zapettes qu'il avait lui même prit soins de sortir des cartons qui m'attendaient à la boite.

Et voilà. Tout ce stress pour ça. Comme quand j'ai plié la voiture et où il n'a rien trouvé d'autre que de me payer un verre en parlant d'autre chose ... Je ne sais même pas quoi dire.

En attendant ...

Il a 14 ans !

15h00

| 1 commentaires

Yes, I did it. J'y suis retourné cet après midi. Pour faire des essais, tater un peu le terrain.

Le Week End.

| 0 commentaires

Voilà. On est dimanche. Il est 14h. Le patron ne sait encore rien de tout ça et je vais me faire tuer en public à la première demain matin. Faudra que j'en profite au passage pour lui dire que je bosse pas Jeudi (Prud'Homme) et Vendredi (RTT, il oubli toujours) et que je prenne des tickets Resto. J'ai vraiment pris soins de ces zapettes, j'y ai vraiment fait attention, tout le long du chantier. Ca n'a jamais été le foutoir dans le garage. Je suis certain que ce n'est pas parti à la poubelle. La boite était assez grosse, lourde, rangé SOUS celle que j'ai utilisé dans le batiment C ... Elle a forcément été volé. Il ne peux pas en être autrement, ce n'est juste pas possible. Bien sur, ça ne change rien. J'étais responsable du matériel, tout simplement et lui même s'il sait bien que je ne l'ai ni fait volontairement, ni par dessus la jambe, ni quoi que ce soit ... Bah ça va quand même lui faire mal au cul et je le comprends.

Voler ça ça ne sert à rien. Juste à faire (bien) chier. Encore fallait-t-il savoir quoi voler et où. C'est pour ça que même cette option là je n'y crois pas vraiment. Il y avait vraiment une bonne ambiance sur le chantier et je vois vraiment pas qui aurait pu. Pourtant il y a bien eut des vols, des actes de vandalisme avéré par des gens du chantiers ... je suis naïf peut-être, alors je reste sur cette option de vol même si je n'arrive pas vraiment à y croire. C'est tellement impossible que ça ai pu finir à la poubelle ...

Là ou j'aurais du sortir le champagne, fêter la réussite de cette mission impossible, je me retrouve à déprimer tout seul dans mon salon. Je me retrouve d'un coup le moral dans les chausettes, comme au début de l'année, comme un con, la flemme de tout, le courage de rien.

Pourtant techniquement on a réussi. On a même eut les félicitations de l'archi, du client, de la ville ... Mais moi je fini là dessus. Putain. Si n'étais pas déjà en période de préavis, je démissionnerais. Oui, je suis comme ça.

L'après midi.

| 1 commentaires

Dans toutes les cages d'escaliers, à tous les étages, dans tous les appartements, pour gérer le chauffage on à installé un gestionnaire d'énergie qui déleste, qui gère les zones de chauffage en fonction des besoins et tout et tout. Ca se compose d'un gestionnaire dans le tableau électrique et bien sur d'un boitier sur le mur dans l'entrée généralement. Dans ce boitier on trouve carrément une espèce de télécommande qu'on peux enlever pour y programmer sur un grand écran à cristaux liquide les périodes, les jours, les zones, les températures de chauffage qu'on désire, le tout bien confortablement installé dans son canapé. Vous imaginez déjà le prix de chaque bête et la suite de l'histoire ...


Bien sûr, à installer tout ce beau matériel à un mois ou deux de la fin du chantier, pour éviter les vols ou simplement la poussière, j'ai pris soins personnellement d'enlever toutes les petites zapettes et de les ranger bien proprement dans le garage, sur la tablette, avec les platines d'interphones, les plans et autres cosses et matériel un peu sensible. Pendant tout le temps du chantier ça n'a pas bougé et hier c'était donc le grand jour pour faire le tour et enfin toutes les mettres dans les appartements.

J'attrape donc une boite de zapette et je commence à les mettres dans les appartements en me disant secrètement que ça y est. Je ne remettrais plus les pieds dedans maintenant. Il y a de la moquette dans les escaliers, des spots au plafonds, des portes aux appartements ... Ca sent l'enduit et la poussière toute neuve.

Je fini d'installer ma première boite dans la cage C et je retourne dans le garage chercher la seconde boite pour faire la cage B, la A étant déjà plus ou moins fini fini. Et là, je ne la trouve pas sur la tablette, là ou elle se trouve depuis des mois. Je vais voir tout guilleret Benjamin qui commence les hublots dans les caves pour savoir si ce n'est pas lui par hazard qui aurait déjà fait le tour et il me dit que non. Et là, la journée de tout le monde à pris d'un coup une tout autre tournure.

Benjamin qui avait envie de se taper les hublots dans les caves depuis des jours déjà sans trop savoir pourquoi en chie un peu. Les 10 centimètres de flocages dans le plafond ne l'aident pas à fixer les tiges filetté ni à y boulonner des hublots et il en mange du flocage le pauvre.

Moi pendant ce temps là je commence à paniquer, je retourne une première fois le garage, je retourne les poubelles aussi, les cartons, les appartements, les escaliers, les théories, le passé, je retourne tout tout tout et je ne trouve rien rien rien. Perdu. Disparu. Volé. Jeté ... qu'en sais-je ? 10. 10 zapettes ont disparu ! 10 !!

Putain. 10 zapettes ont disparu sur 30, ça fait 10 ensembles à racheter. 10 ensembles à racheter ça fait facilement 3000€ ! Je suis trop trop mort ! Le patron ne s'énerve pas facilement mais là je crois qu'il va changer de couleur. Quand j'ai péter le Kangoo il n'a rien dit, il m'a payé un verre et voilà tout. Je sentais bien qu'il l'avait un peu en travers mais il ne m'a jamais trop rien dit. Hier encore je lui ai demandé si il ne pouvait pas m'acheter une boite de tournevis Facom ou eRobur avec les tarifs de la boite et que je lui paie, histoire que ça me coute moins cher qu'à Carrouf et il m'a dit oui, pas de soucis en me disant bien qu'il l'a paierait, qu'il n'y a pas de problème.

Ce soir, au lieu de rentrer en champion victorieux, d'avoir tout donné, au lieu de lui dire que ça y est, c'est fini, c'est gagné, que je peux dormir tranquille, satisfait du travail accompli, je vais devoir lui dire qu'il manque 10 zapettes. Et là ça va vachement ternir le tableau putain. Vachement. J'ai les genoux coupé. Je suis scié. Je m'assoie. J'en ai connu des merdes sur ce chantier, comme sur tous les chantiers, ça fait parti du boulot, du plaisir. Il n'y a jamais de problème, il n'y a que des solutions. Mais pas là.

Après avoir tout retourné je suis retourné voir Benjamin, Mous (intérimaire) et Arnaud (apprenti) pour leur faire état de la situation de crise. Dernière option fouiller les poubelles rammené la veilles à la boite. C'est LA dernière chance même si je n'y croyait pas une seconde. En plus, rien ne dit qu'elles soient encore à la boite.

Je ne suis pas du genre à stresser pour rien. Si en passant devant mon écran HD je le faisais tomber, j'irais en acheter un autre. Et puis voilà. On ne peux pas revenir sur le passé, c'est comme ça, ça sert à rien de se faire du mourron pour rien. Mais là, c'est pas mon écran HD que j'ai fais tomber. Je ne sais pas si j'en ai déjà parlé ici mais une fois mon patron m'a fait la réflexion d'avoir appelé une fois l'horloge parlante avec le portable de la boite, que c'était rien en soit mais que c'était quand même 50c et que si ça se répétait ou si tout le monde faisait ça, ça chiffrerais vite. Le lendemain je lui ai apporté 5€ qu'il a bien sur refusé mais que j'ai quand même laissé sur son bureau. Pour être quitte. Avoir la conscience tranquille sur mon travail, ce que je fais de sa conscience et mériter mon salaire. Là je me vois mal lui rembourser d'une manière ou d'une autre 30 000€. Même pas 3000€.

Du coup sur les coups de 16h on s'est tous mis à ranger. Il reste deux ou trois bricoles, une applique de cuisine ici, un hublot là, une prise TV dans tel appart. Et les essais putain, les essais merde. Mous rentré chez lui Arnaud et Benjamin chargeaient le camion pendant que je ficelait les 4 tuyaux (3m de long pour 315cm de diamètre emballé à la vas vite dans du carton) sur le Kangoo. 50km à 110km/h dans le brouillard et la nuit, il faut que ça tienne bien. Je crois qu'on a quitté le chantier vers 18h. Arnaud et Benjamin dans le Kangoo, moi derrière pour surveiller les tuyaux sur la galerie.

Avant ça il me fallait passer à SuperU juste à coté histoire de faire le plein. Glouglouglou, le diesel coule à flot dans l'immense réservoir du Traffic et je me présente à la caisse pour payer. J'attrape mon sac, ma sacoche, mon porte feuille et je ... cherche ma CB. Tiens, c'est bizarre ça, d'habitude elle est toujours là cette pute. Le coup classique, je fouille le fond du sac, mes poches, je descends du Traffic pour être sûr de moi mais rien. J'ai paumé ma CB à McDo à midi. Pouf dans la poubelle ... Oh putain, la sale journée.

Je vais voir Benjamin qui m'attendait un peu plus loin et lui demande de payer pour moi. 50e plus loin nous prenons enfin la route.

A peine parti je vois déjà le carton autour des tuyaux qui part en vrille. De petits bouts volent déjà un peu partout, si le grand qui flappe tout en haut s'arrache c'est direct une voiture au moins dans le décor ... J'appelle Benjamin pour lui dire de s'arrêter au plus vite et on se retrouve, 5mn après être parti, arrêté tous les 3 sur la voie d'arrêt d'urgences, au milieu de nul part, en Warning à arracher les bouts de cartons qui s'envolent, à rajouter des bouts de fils, debout sur le Kangoo, secoué par les camions qui passent à un mètre de moi.

Et on repart ... Il ne me faut pas 2mn pour remarquer le voyant 'porte ouvert' de mon traffic qui clignotte un peu à son bon vouloir. Dans le traffic, chargé comme un con, on ne voit ni la porte latéral, ni les portes du fond. Je pourrais rouler toutes portes ouverte je n'aurait que ce fichu voyant pour me le dire. Je rappelle donc Benjamin pour lui dire de s'arrêter encore une fois, que je ferme bien bien les portes, je sais qu'elles sont un peu con. Ca sonne, ça sonne, ça sonne ... et répondeur. Bizarre. Il a du avoir du mal à sortir son téléphone de sa poche. Je retente. Ca sonne, ça sonne, ça sonne ... et répondeur. Etrange. Je croise les doigts, je me méfie de chaque petite bosse sur le bitume pourtant récent et je me dit que tant que les voitures derrière moi ne partent pas dans le décor c'est que les portes sont encore fermé.

Au bout d'un moment je reçois un coup de fil d'Arnaud, assis à coté de Benjamin dans le Kangoo. Il a juste le temps de me dire que Benjamin à perdu son portable sur la voie d'arrêt d'Urgence, au milieu de nul part et ça coupe. Même pas le temps de dire qu'il vaux mieux que je m'arrête. Je rappel et j'ai le répondeur directement. A tous les coups il n'a plus de batterie.

Franchement, après le coup des zapettes, de la carte bleu, des essais qu'on a pas eut le temps de faire, du portable, maintenant le coup de la batterie et mon voyant de porte qui clignotte la seule chose qui puisse arriver c'est que les portes s'ouvrent pour de bon et que tout ce que j'ai dans le traffic se derverse en pleine nuit au milieu de la route avec l'accident qui va avec.

Et comme un con je ne m'arrête pas. Sans doute un peu perdu dans tout ça, stressé comme rarement dans ma vie. Je sers les dents en montant le pont de cheviré. Je sers les dents en tournant. Je sers les dents en freinant. Je sers les dents en accélérant ... Et je fini par arriver à destination.

Tout le monde hallucine d'être arrivé en vie. Tout le monde est dégouté de la vie. Tout le monde sent quelque chose dans l'air qui nous dit que ce n'est pas fini. Qu'il vaut mieux rentrer chez soit au plus vite et ne plus mettre un pied dehors avant un moment.

Ca nous a encore prit une heure de vider les véhicules, ranger le matériel, digérer les dernières heures, fouiller les poubelles, ne rien trouver et enfin rentrer chez nous.

Le matin.

| 3 commentaires

Le matin tout se passait bien. Depuis un peu plus d'un mois je suis sur le chantier avec Benjamin, un 'ptit jeune (24 ans) qui n'en veux autant que moi, si ce n'est plus encore alors que ce n'est même pas son chantier, qu'il est en CDD et qu'il sait que c'est justement son dernier jour. Il connait son boulot sur le bout des doigts, super dynamique et autonome je le laissais gérer les apprentis et autres intérimaires qui ont défilé ces derniers temps pour me concentrer sur la finitions des tableaux, les colonnes PTT et Interphone ainsi que les platines et autres conneries dans le genre qu'il vaut mieux faire de A à Z d'une seule traite pour ne pas avoir de surprise. Et j'ai tout fait, je n'ai pas eut de surprise. Il a géré et ça se passait super bien.

On délirait/bossait bien avec les plombiers, les peintres, les intérimaires, les apprentis et l'ambiance de ce merveilleux vendredi était vraiment au top. On savais qu'on ne rentrerais pas tôt mais on s'en foutais. Ce soir on rentre chez nous avec la putain de satisfaction du travail accompli. Ce soir c'est champagne.

Il nous restait encore quelques trucs à faire, genre les caves, ou des voyants qu'on attends toujours pour la VMC mais le plus gros du boulot serait vraisemblablement pour l'après-midi, les essais et vider le garage de A à Z et mon dieu, il y en as du bordel là dedans ... Mais encore une fois, on avais prévu le coup. Benjamin était venu avec son Kangoo et moi avec le Traffic de Joseph.



A midi j'ai proposé à tout le monde d'aller manger au McDo, pour une fois on prendrais notre temps. Notre heure du midi. Ca nous changera du Sodebo jambon émental, des chips et des compotes. Attention à ne pas oublier les Tagadas pour Benjamin. J'ai jamais vu quelqu'un, taillé comme une allumette s'enfiler autant de Tagada. Un paquet par jour.

On a bien mangé. On a rêvé d'un pur WE au soleil. On a une fois de plus fait le point sur ce qu'il reste à faire. On a une fois de plus conclu que c'était toujours aussi chaud. Mais toujours aussi jouable.

Et nous y sommes retourné. Dans la joie et la bonne humeur.

La veille.

| 0 commentaires

Tout le monde le sait, depuis le mois de Mai, Mars peut-être, je suis à Montoir de Bretagne, mon chez moi, ma maison, mon chantier. J'ai tout connu là bas, du froid intergalactique à la chaleur la plus humide, de l'impossibilité d'ouvrir les yeux par la lumière trop intense du soleil se reflétant sur les murs et le sol fraichement enduit à la noire pénombre quasi macabre. Je me suis attaché à ce chantier, mon bébé. Ces 30 maisons empilée les unes sur les autres. Ces kilomètres de gaines, de fils, de saigné dans le placo, ces dizaines de kilos de map, de platre, de poussières, ces centaines d'intérupteurs, de prises, ces milliers de plaques, de kilomètres en Kangoo, ces dizaines de trous et de saignés à se taper dans le béton armé ... Je connais chaque recoin de ces milliers de mètres carré. Je les connais surement mieux que quiconque sur terre. J'en ai mangé du Montoir. Bu, sué, respiré, détesté, aimé.

Depuis 2 semaines je suis en code rouge. A fond à fond à fond. Pas le temps de mettre des virgules. Pas le temps de manger. Pas le temps de dormir. Pas le temps d'oublier quelque chose. Pas le temps de jouer. Pas le temps de faire le ménage. Depuis 2 semaines je sais que c'est jouable. Depuis 2 semaines je sais que c'est possible de finir dans les temps. En bourrant dans le tas, proprement.

Il y a deux façons de finir un chantier. Trois si on est idéaliste. Soit on le fini en avance et on a même le temps de se tourner les pouces en attendant la livraison (version idéaliste). Soit on est carrément à la bourre et c'est même plus la peine de chercher à être à l'heure, c'est mort d'avance, la livraison sera repoussée. Troisième version : C'est jouable. C'est la presque la pire en fait. C'est jouable ça veux dire qu'il va falloir bourrer dans le tas, proprement, qu'on va en chier mais qu'on y arrivera. Faut acheter des vitamines, se coucher tôt, se lever tôt, ne plus avoir le temps de rien, pas même en café un soir en ville avec une fille magnifique qui se dit elle-même ravie de l'idée. Plus le temps de rien. Chantier chantier chantier. Sans virgule. La tête la première.

Depuis 2 semaines je speed. Le jour J c'était hier. Et plus je me rapprochais du jour J plus je voyais les nuages se dissiper. VMC ? Ok ! Interphone ? Ok ! Téléphone ? Ok ? Bat.C ? Ok ! appart ? Ok ! Sèche Servittes ? Ok ! Tableaux ? Ok ! Consuels ? Ok ! EDF ? Ok ! Ect, ect, ect ... La journée d'hier se devait d'être un feu d'artifice, la fin de la fin de tout, les essais définitifs, se retourner et se dire que ça y est. C'est fini-fini. Qu'il ne reste enfin plus RIEN à faire. La concrétisation d'un rêve. Un truc de malade.

Ca ne s'est pas vraiment passer comme ça. Enfin presque.

La loose ...

| 1 commentaires

Je vous raconte même pas ma journée ... La loose, mais la loose quoi ... Wow.

Enfin si, je vous raconterais. Mais demain. Là j'ai même pas la force ...

Trop tard ! :p

Bah ouais les filles, c'est trop tard. J'ai trouvé quelqu'un pour m'accompagner voir les BlackGirls (et même que c'est une fille) et j'ai vendu tous mes jeux et toute ma Wii ! :p

Facebook VS BigBrother.

Un dimanche pluvieux ou je n'avais rien à faire je me suis inscrit sur MySpace et Facebook, histoire de savoir enfin ce que c'était ce buzz naissant ... MySpace, je n'ai toujours pas compris. C'est moche, c'est infame et l'interet ... Je ne sais pas. A pas compris. Facebook j'ai pas trop compris sur le coup ce que ça pouvait m'apporter mais je comprennais au moins l'idée.

Et puis j'ai laissé tomber, je m'étais inscrit "comme ça pour voir" et j'ai oublié aussi vite.

Un jour, et je n'ai toujours pas compris comment, sans être ami avec personne j'ai reçu un mail d'un certain Didier Richard voulant être mon ami sur Facebook. Didier Richard il faut le savoir c'est un animateur de la chaine NoLife que j'apprécie tout beaucoup. Il est acteur dans Nerdz et fait pas mal d'autres choses aussi. Je connaissais donc son nom mais c'est tout. C'est un gens de la TV quoi, qu'est-ce qu'il vient faire là à me demander d'être son ami sur Facebook ? Je n'ai toujours pas de réponse à cette mystérieuse question.

J'ai accepté. Et du coup j'ai essayé d'en savoir un peu plus. J'ai vu ses amis et j'en ai rajouté quelques uns. Ensuite j'ai fouillé dans certains groupe, j'ai recherché certaines personnes et j'ai fini par mettre le doigt dedans. Petit à petit j'y allais de plus en plus, pour voir le status des autres, quelques photos. Prendre des nouvelles sans avoir besoin d'en demander. Pousser certains récalcitrant à s'inscrire à leur tour.

Et puis si je vous parle de tout ça c'est que le 4 décembre dernier Envoyer Spécial à dédié un reportage à ce qu'ils appellent "La Planète Facebook". Et vous vous en doutez, ça fait peur.



La suite.
La suite de la suite.
La suite de la suite de la suite.

Le problème dans tout ça c'est que tout n'est pas vrai. Il y a d'énormes élypses volontairement faites par le journaliste pour faire peur à Madame Michu.

Ah bon ? Ma mère est sur Facebook ?
Non, ta mère n'est pas sur FaceBook si elle ne s'y est pas inscrite elle même comme une grande.

Ah bon ? Tout le monde sait tout de moi sans que je le sache ?
Non, les gens savent de toi ce que tu mets sur Facebook. A toi de ne pas mettre de choses personelle. Faut pas être con non plus. Et puis les gens que TU n'as pas accepté dans TA liste d'ami ne peuvent pas voir ton profil ni quoi que ce soit. Ce n'est pas parceque c'est l'ami d'un ami que ça change quelque chose. Tu peux choisir de l'autoriser ou non. Mais non, je ne peux pas aller espionner mon ex si elle ne l'autorise pas.

Ah bon ? On peux acheter de la drogue ?
Oui, enfin si tu connais les bonnes personnes. Comme dans la vrai vie quoi ...

Ah bon ? On peux se faire virer à cause de Facebook ?
Oui et non. Si tu dis à ton patron que tu ne peux pas venir parceque tu vas à l'enterrement de ton meilleur ami et qu'il apprends plus tard que ce n'était que l'enterrement de sa vie de garçon, la faute ne reviens pas à Facebook. Elle est soit à toi, c'est pas bien de mentir. Soit à ton super pote qui a tout cafté à la direction, c'est pas bien de rapporter.

Ah bon ? Facebook c'est BigBrother ? Il sait pour qui je vote et ou je vais faire mes courses ?
Facebook sait de toi ce que tu veux bien lui dire. Rien n'est obligatoire. Tu peux donner ton vrai nom ou pas. Ta vrai date de naissance ou pas. Tes films préférés ou pas. Ect ... Mais rien n'est obligatoire. Rien n'est vérifié. Rien n'est demandé.

Ca m'énerve vraiment ces reportages d'incapables ... C'est pour ça que je ne regarde plus la TV, et encore moins ces émissions soit-disante d'information. Quand je vois autant de connerie dites sur un sujet que je maitrise, pourquoi en serait-il autrement sur des sujets que je ne connais pas ? Je préfère me tenir aux faits. Encore qu'ils soient eux aussi sujet à mise en situation. Toute la semaine au zapping on pouvait voir Bruce Toussain (le présentateur de la matinale de C+ si je ne m'abuse) conter l'histoire de ce jeune de 19 ans qui c'est fait arrêter et qui risque la prison pour avoir craché par terre alors qu'un policier passait par là ... Mon dieu mais dans quel monde on vie ? Et si ce jeune con avait toisé le dit policier avant de cracher à ses pieds ? Moi j'appelle ça une injure et oui, ça mérite un bon petit rappel à l'ordre. Aussi con que peux être un policier (il y en a partout des cons) il représente et représentera toujours malheureusement l'état, la France. Et cracher sur la France, comme siffler la Marseillaise, c'est mal.

Bon, à ceux qui ne me connaissent pas dans la vrai vie je vous arrête tout de suite. Je ne suis pas un Sarkozyste, ni même un UMPiste. Je n'ai voté à droite qu'une fois dans ma vie Chirac/LePen (Facebook saura au moins ça) et ma mère m'a élevé en m'expliquant que la gauche prenait l'argent des riches pour la donner aux pauvres, comme Robin des Bois, et que la droite faisait l'inverse. Ca a le mérite d'être clair.

Une PS3 dans le Caddie.

| 0 commentaires

Aujourd'hui j'avais prévu ... rien.

Rien, juste le bonheur absolu de rester à se reposer toute une journée sans penser à rien. Mais ça ne s'est pas tout à fait passé comme ça.

C'est à 5h52 que je me suis réveillé. 5h52. Merde alors. C'est de pire en pire. Ma première pensée ? Des boulons de 8. J'ai commandé des chevilles, j'ai les tiges, mais les boulons de 8, est-ce que j'en ai au moins ? Est-ce que je vais m'en sortir un jour de tout ça ? C'est la dernière semaine. La dernière ligne droite. L'archi sur le dos toute la journée vendredi. Les promesses faites comme une avance sur la capacité du boss à assurer derrière. Mais rien n'est moins sûr. Est-ce que je serais obligé de m'expliquer, de m'excuser encore une fois lundi matin ?

J'ai oublié ma radio sur le chantier vendredi. Autant dire que les chances de la retrouver lundi sont assez mince. Je crois bien que j'ai oublié mon APN quelque part aussi. Avec un peu de chance je sais ou il est. Avec moins de chance un ouvrier de passage l'a chipé dans ma caisse en passant devant. Avec ma pince Facom et mon tournevis de la même marque. La fin du chantier me coute cher. Très cher.

J'ai plus ou moins réussi à me rendormir un peu quand même. Je me suis levé vers 9h et demi, j'ai mis ma robe de chambre et je me suis caché sous le plaid devant la TV. Entre la TV, la console, le PC, les enregistrements je crois que mes fesses n'ont pas quitté ce coin douillet avant 17h. C'est ce qu'on appelle la loose. Je me suis senti seul. J'ai attendu un mail, deux mails, un sms, un quelque chose. Mais rien, pas même un flux rss à consulter. Aujourd'hui c'était un samedi sauce dimanche. Pourtant il ne faisait pas moche dehors, j'aurais pu en profiter un peu, en plus j'avais des choses à faire à Nantes. J'avais même réussi à me motiver pour aller au ciné ... Et puis non. Je devais passer à la boite récuperer du matériel avant lundi. La flemme. J'irais demain.

J'ai quand même réussi à me jeter au sol, me trémousser jusqu'à la salle de bain, m'habiller avec ce que j'ai trouvé et rouler jusqu'à Carrouf pour y faire les courses que je repousse depuis des semaines. Quand je suis arrivé là bas, les oreilles bouché par les écouteurs, mode "J'ai pas la tête à faire la causette alors laissez moi passer". Je me disais que ça y est. J'étais redevenu seul au monde. La semaine dernière encore ça allait bien. La veille encore ça allait bien. Et puis rien. Rien mais voilà, on choisi pas, le soleil gris restait au dessus de moi.

J'ai croisé un panneau indiquant qu'hier et aujourd'hui Carrouf faisait 10x sans frais. Hier et Aujourd'hui seulement. J'ai jeté un regard par dessus mon épaule et j'ai regardé comme ça pendant 4s le rayon des jeux vidéo. J'ai fais demi-tour avec le caddie et j'ai attrapé une PS3.

J'ai fais mes courses tout en réfléchissant. J'ai recouvert la console de gruyère, de pizza, de KitKat et de pains au lait tout en réfléchissant. 40€ par mois pendant 10 mois ... C'est tout à fait jouable. Jouable. Jouer à quoi ?... Pfff, j'm'en fou, je suis déprimé de toute façon. Faut que je me change les idées. Pis sur PS3 il n'y a que MotorStorm2 qui me donne presque envie. Killzone2 et Résistance2, c'est du revue et rerevu. Gran Turismo 5 et MGS4 je m'en tartampionne avec des chips au bacon. Ca tombe bien, il est dans le pack MotorStorm2. Avec une dualshock, un DD de 80go et 50€ remboursé au passage. C'est honnête.

J'ai déposé toute les courses sur le tapis de la jolie et gentille caissière et j'ai fini par lui demander confirmation pour les 10x sans frais. C'est oui mais pour ça il faut d'abord passer au service financier puis ensuite passer faire ses courses. C'est ballot ça. Alors j'ai été remettre la console en rayon et j'ai payé mes courses. J'ai été ranger tout ça sagement dans mon coffre avant de remonter en magasin. D'abord trainer un peu chez Jules voir ce que je pouvais faire des 30€ de bon d'achat que les parents de Julie m'ont offert pour mon anniversaire (!), puis trainer un peu à Micromania juste en face voir ce que la PS3 me propose comme avenir ... Et c'est vraiment bien ce à quoi je m'attendais. Rien. Juste rien. Il n'y a pas de jeux. Je veux dire, j'ai déjà une 360 que j'adore et la PS3 ne me propose aucune exclu alléchante. Ni maintenant ni demain. Il y a bien MotorStorm2 et LittleBigPlanet, le live gratuit, le wifi, le BluRay ... mais franchement, je ne joue déjà pas online en payant pour le XboxLive, je n'ai déjà pas le temps de jouer aux jeux que j'ai et qui me font envie depuis des semaines (des mois ?) et je sais pertinemment que je n'achèterais pas de BluRay à 30€ alors que le support ne tiendra pas la distance face au DVD ...

Je n'ai pas acheté la PS3. Je suis rentré chez moi, je me suis fait chauffer une pizza en regardant de vieux Jamel Comedy Club qui trainaient sur ma freebox et j'ai ri. Enfin.


Bastien is looking for someone.

Pour venir avec moi voir les Black Girls au Théatre de Jeanne à la fin du mois ! :D

A vendre !

| 0 commentaires


Faites vous plaisir avant Noel ! Ca me paiera une PS3 ! :D
-> http://www.2xmoinscher.com/

Les Lascars sont dans la place !

Et ils sont toujours aussi con ! ;)
Je me souviens de cet épisode qui m'avais plié à l'époque. Il me plie encore aujourd'hui !! ^^



C'est ici que ça se passe, un nouvel épisode tous les jours !
-> http://www.dailymotion.com/lascars

Hadopi n'est pas jouer.

| 0 commentaires

Il y a un moment je voyais parler sur tout le net (pas pas en TV) de la loi DADVSI (ou quelque chose comme ça). Puis plus rien. Maintenant c'est HADOPI qui fait le buzz. Le principe ? Couper purement et simplement la connexion internet du méchant pirate de l'espace qui pirate sur le net. Je n'en savais pas plus.

Maintenant si - http://www.universfreebox.com/article6711.html Allez-y.

Et là, je me demande pourquoi des gens qui n'y comprennent rien en parlent autant. Comment peut-on continuer encore aujourd'hui encore considérer que chaque mp3 téléchargé est un disque invendu ? Il y a des tas d'artistes que j'ai découvert via le net. Ce sont tout simplement des tas d'artistes que je n'aurais jamais découvert et donc jamais acheté. Qui plus est, j'en achète justement de la musique. Miro ou Milk & Fruit Juice par exemple. Et là je sens vraiment que mes sous servent à quelque chose. Comme pour Nerdz par exemple. L'exemple parfait d'une série que je n'aurais jamais acheté si j'avais du avant ça acheter tous les coffrets hors de prix d'autres série TV qui cartonnent. Elles n'ont pas besoin de mes sous. Eux si. Des exemples comme ça j'en ai personnellement des dizaines. Et les autres ? Seb par exemple qui découvre Californication sur le net (et n'allez pas me dire qu'il aurait découvert cette série en VF à 3h du matin sur TF1) puis l'achète en DVD ? Et il pigne pour le coffret de Dexter et la saison 2 de Californication ... Où est le pirate ?


Quid du gars qui achète un CD. Qui se fait une copie en MP3 pour son téléphone & co (quand celle-c, n'est pas simplement interdite pour Mme Michu mais pas pour Kevin) puis qui revend le CD sur le marché de l'occasion ? Marché qui a pignon sur rue et qui pourtant ne reverse pas un sous à qui que ce soit pour toute la musique qu'il fait transiter d'une oreilles à l'autre ...

Et puis merde. Ne soyez pas con rond de cuir (dit il en levant le point rageur de la lutte révolutionnaire en ton sépia), une adresse IP qui télécharge un fichier, ce n'est pas une personne. C'est une famille. C'est un pote. C'est un voisin avec qui on partage le wifi. C'est un inconnu de passage qui a craqué la clef WEP/WAP en 2mn chrono. Ca peut-être n'importe qui. N'importe qui mais ça sera toujours madame Michu qui trinquera. Il est tellement simple de ne télécharger que sur des réseaux cryptés, anonymes ou sans risque que la loi ne concerne au final que Mme Michu qui a entendu parler d'emule et à cliqué sur une bannière qui ventait les mérites de la bête. Les autres sont déjà bien loin de tout ça.

La solution à ce problème n'est clairement pas dans la sanction, elle est toute droit dans l'autre direction : Le développement de solution légale. A un coup raisonnable, avec une offre digne de ce nom (Il y a énormément de choses qu'on ne trouve aujourd'hui qu'en piratage pourtant le contenu dématérialisé devrait permettre des merveilles d'archivage) et surtout sans DRM. Si je n'ai encore jamais acheté quoi que ce soit en ligne ce n'est pas (que) par radinerie, c'est surtout parce que même moi qui maîtrise un tant soit peu le sujet je ne suis même pas fichu de savoir à l'avance si le fichier que je vais télécharger sera lisible sur tous mes lecteurs ni pendant combien de temps. Payer je veux bien, me faire voler non.

Je sais que ce message ne sera lu que par 4 ou 5 personnes et qu'elles connaissent/approuvent déjà mon point de vue. Mais je fais ce que je veux d'abord ! :p

A l'usine.

| 3 commentaires

Je dit souvent que j'aime mon boulot. Je suis bien obligé d'avouer que c'est vrai :

Les Lascars sont de retour ! :D

Vous les aviez oublié ?? La baston de regard vous ne vous souvenez pas ?? Ca vous reviens ? Et bien je viens d'apprendre qu'ils revenaient, tous les jours sur Dailymotion ! Youpi ! C'est toujours aussi bon ! :D

Fin de semaine ...

Un vendredi il n'y a que deux solutions, soit c'est à la cool, on discute et on a tellement donné pendant la semaine qu'on est plus capable de rien, soit au contraire, on a tellement donné dans la semaine que, lancé sur son élan, on en a du mal à s'arrêter le soir venu. Hier c'était un peu ça. Rajouter le fait que j'étais seul, avec ma radio à fond à faire un truc bien kiffant et vous pouvez vous dire que j'ai quitté le chantier à 18h30 à reculons !



Le hic c'est que Seb m'attendait pour 19h chez moi. Sachant que mon chantier est à 45mn (quand ça roule supra bien) de là vous aurez déjà compris que ça partait mal cette histoire. Surtout qu'on devait filer ensuite illico au ciné pour 20h10 ! Et bien sur dans des cas pareils, ça n'arrive jamais d'habitude, plus de batterie sur le téléphone qui a trop servi à regarder des vidéos et surfer sur internet à midi ! Impossible de joindre Seb qui allait se pointer chez moi et faire chier tous les voisins à faire sonner mon interphone hurleur pendant des heures et des heures le pauvre !

Bon, je vous passe la route et j'en arrive tout de suite au moment ou je me gare devant chez moi en voyant Seb faire de même ! Il avait 10mn de retard le coquin ! Bon, moi après avoir speedé toute la journée sur mon chantier en chantant comme un con dans ma colonne, après avoir fini et rangé en 4eme vitesse voyant l'heure tourner et l'impossibilité de prévenir qui que ce soit, après avoir speedé sur la route pour arrivé à l'heure, après tout ça je me suis jeté sous la douche et nous sommes parti au ciné aussi vite qu'on était arrivé. Sans manger bien sûr.

Au menu du soir, le Transporteur3, un film qui restera longtemps dans les annales des pires dialogues de tous les temps et qui reçu aussi ce soir là le prix spécial du jury "Master of incohérences". C'est pas compliqué, la salle applaudissait tellement ça devenait du grand n'importe quoi. M'enfin, c'était un peu la promesse de l'affiche en même temps. Tout ça pour dire qu'aprés une journée speed, la soirée l'a été tout autant.

A peine rentré, plein de speed dans les veines encore, je me suis posé devant le PC. J'y ai vu des projections murales monumental complètement hypnotiques et fantastiques.




J'y ai vu une vidéo de stock car tout aussi hypnotisante et filmé avec un procédé de "tilt-shift time-lapse" assez dérangeant.


Metal Heart from Keith Loutit on Vimeo.

Puis je crois, j'ai été me coucher. Sur les coups de 00h30, aprés un peu de lecture. Pas même un peu fatigué. Sur ma lancé.

Et le drâme c'est ce matin, quand je me suis reveillé et qu'au bout d'un moment j'ai eut le courage de regarder l'heure qu'il était. 8h33. Mais pourquoi ? Pourquoi ??

Alors je me suis levé et j'ai encore allumé le PC, j'ai matté le dernier épisode de Nerdz que j'avais loupé la veille au soir forcément.




Et dire que ce soir je vais faire la tournée des Bar-bars ...

Ca poutre !

| 0 commentaires

Depuis 2 jours déjà je suis plongé dans les petits fils de toutes les couleurs sur mon chantier que j'ai. Depuis 2 jours déjà j'en vois des 5p6/10, des 5p9/10, même des 14x2p6/10 c'est vous dire. Ca en fait des fils, ça en fait des couleurs, ça en fait.

Les colonnes PTT c'est du pipi de chaton. Le téléphone c'est même pas drôle. Non, ce qui est drôle c'est les interphones, ça c'est cool. Ca ça prends du temps, ça ça pardonne pas. Hier par exemple, aprés une bonne journée à cabler une colonne entière et la platine de rue qui va avec, impossible de tester quoi que ce soit, le transfo 220v/12v en tête de ligne refusant de délivrer le sacro-saint 12v. Même changé, même problème. Allez comprendre Charles.

Aujourd'hui, nouvelle journée dans les paires multi-colore, encore une journée à cabler du téléphone, de l'interphone et de la platine de rue. Sauf que ce transfo là fonctionnait bien lui. Et Paf ! Au premier essai ça sonne dans l'appartement sencé sonner ! Alors oui je me doute qu'il me sera difficile de vous faire ressentir un poil de la joie que ça peux procurer de voir tout ce foutoir fonctionner sans aucun pépin au premier coup de pédale, mais diantre ça fait du bien ! :D

Première fois de ma vie que je faisais de l'interphonie et première victoire ! Et pouf, je peux rajouter ça à mon CV maintenant. Quand je vous disais qu'on en apprends tous les jours ... J'ai même prévu de bidouiller l'interphone de chez moi pour ne plus avoir à prendre mes clefs quand je sors ... mais chut, c'est un secret de professionnel ! :p

Je l'aurais un jour ...

Je l'aurais !!

Allo ?

| 1 commentaires

Je ne sais plus à qui ou où je disais/écrivais ça il n'y a pas encore longtemps, ici surement, mais ce que j'aime dans mon boulot, c'est qu'on en apprends tous les jours. Mais vraiment. Aujourd'hui par exemple, j'ai câblé des pieds à la tête une colonne PTT. Bon, ça vous parle pas, mais quand le téléphone sonnera, vous serez bien content que je ne me sois pas gouré.

Dans la foulée j'ai attaqué tout le système d'interphonie. Demain j'épluche la notice pour les détails et hop, demain je dormirais moins con ! Si si, c'est possible ! :)

Un temps de retard.

| 0 commentaires

Comme je disais déjà à Julie pendant la première semaine (rapidement en tous cas), elle m'a connu dans une période ou je me sentais bien avec mon célibat, je ne cherchais personne. Je prenais simplement un grand plaisir à discuter et dragouiller certes un peu les quelques personnes que j'avais réussi à intéresser. Et si je m'étais retrouvé sur Match, c'était vraiment un concours de circonstances.

Bien vite dans la relation je me suis rendu compte de l'amour que je gardais pour mon temps libre. Pourtant on peux pas dire qu'elle me le bouffait. Elle ne refusait pas une parti de Fable, elle a accueilli avec moi la "NXE" et me regardait, des étoiles pleins les yeux, faire mon petit tour du net(vibes) quotidien. Toutes ces petites choses de la vie, du vrai quotidien, le mien en tous cas, ça me touchait, vraiment. Mais plus ça allait, plus je me rendait compte que je ne faisait plus aucun effort. J'aurais pu surfer le lendemain, ne pas checker mes mails jusque dans le lit sur le téléphone avant de me coucher, lui avouer avoir un blog, un profil Facebook ... mais tout ça je ne l'ai pas fait. Parce qu'elle ne le demandait pas.

Et c'est vrai que dans ces moments là je pensais à Pascale. Elle râlait là dessus, et je freinai tant bien que mal, ça me coutais, mais j'aimais. C'est comme un enfant à qui on accorde tout. Ca devient une merde. J'avais pas envie d'être un connard qui se gratte les couilles devant la TV avec la copine à coté en train de faire à bouffer. Je veux être quelqu'un de bien qui participe, qui se bouge. Je veux avoir aussi du temps à moi faut pas pousser non plus, mais il y a un juste milieu.

Enfin bref, ce n'est qu'un détail. Si Julie lis ça un jour, je ne voudrais pas qu'elle pense que ce n'est que parcequ'elle était trop gentille, c'est un tout, et comme je l'ai déjà dit, c'est indéfinissable, c'est comme ça. Ca prends ou ça ne prends pas. Ca n'a pas pris.

Tout ça pour dire que j'ai un peu de retard de lecture moi en ce moment ...

Burn Baby ! Burn !

| 2 commentaires

Après tout ce bonheur que j'ai pu répandre autour de moi en ce magnifique Dimanche gris, froid, pluvieux et venteux je me suis dit que je ne pouvais pas m'en sortir aussi facilement. Il fallait que moi aussi je bouffe un peu ma merde, que je ne dorme pas tranquille ce soir. L'épisode Julie se serait peut-être suffit à lui même mais les potins rapporté inconsciemment par Seb la veille ne pouvaient pas rester impuni.

Juste une parenthèse pour Seb : Que tu croises Pascale à Nantes soit. J'ai pas particulièrement envie de le savoir mais passons. Mais ne te sens pas obligé de rajouter qu'elle n'était pas seule. Ca ira merci ! :p

Ca fait un moment déjà que je me disais que quitte à être à la Roche, autant en profiter pour tirer vers Fontenay le Comte. L'occasion était trop belle, le Dimanche bien assez pourri pour se le finir au fin fond du trou du cul du monde de la Vendée. Mon Karma bien assez noir pour me prendre une bonne grosse claque.

"Tu fais quoi dans une 1h ?"

GPS réglé, essuies-glace en marche, demi tour puis 2eme à droite ... Puis, le téléphone sonne.

- Allo ?
"C'est moi, ça va ?"
- Oui.
"T'es sur de vouloir venir ? T'es à la Roche ou à Nantes ?"
- A la Roche.
"T'es pas avec Julie ?"
- Non.
- Je viens de la quitter et je me disais pour bien me finir je passerais bien te voir.
"Qu'est que tu deviens ?"
- Bah je viens d'éclater un coeur qui n'a rien demandé sur le trottoir, je viens de me faire virer et j'ai plus de thunes. Mais t'es déjà au courant ...
"Oui, je sais pas pourquoi mais je ne peux pas m'empêcher d'aller le lire ce blog."
"Il faut que je te dise, je suis avec quelqu'un alors si tu viens ..."
- Oui je sais. Seb à cafté hier.
"Alors tu fais ce que tu veux mais je voulais te le dire avant."
- Ouais, bah je vais économiser de l'essence alors ... tans pis pour toi.
"Bastien ? ... tu sais, comme d'habitude, j'ai pas trop de forfait ..."
- Oui, je sais. Au revoir.
"Tu peux appeler ..."
- Ou pas.
Et j'ai raccroché.

Sur tout le trajet du retour j'ai hésité. Demi-tour ? Pas demi-tour ? Envie de voir ou elle vie ? Ce qu'elle mange ? Ce qu'elle voit par la fenêtre ? ... Pas vraiment. Envie de la voir, de la sentir, de toucher sa peau, de sentir ses cheveux. Oui. Encore et toujours. Encore et toujours et ça commence vraiment à me casser les couilles.

8 ans après sa séparation d'avec ma mère mon père continuait d'espérer la voir revenir. Je trouvais ça vraiment psycho, patho, maladif. Et maintenant quand on me quitte je ne m'accroche pas, je ne pigne pas. Je laisse partir, je baisse la tête et je vais voir ailleurs si mon gros cul se trouvera un coin ou il ne fera chier personne. Et 8 mois plus tard me voilà. Je ne passe pas mon temps au téléphone à la supplier de revenir, je ne pleure pas son retour, je ne l'espère même pas. Je veux dire par là que ce n'est pas le sens de ma vie. Que je vais de l'avant, sans trainer de la patte, tranquillement, serainement, même si je ne dirais surement pas non pour être honnète.

Ca fait bien longtemps qu'elle n'obnibule plus mes pensées et ça fait du bien. Alors pourquoi est-ce que j'avais envie d'aller me cramer à Fontenay le Comte ce matin ? Probablement parceque je savais avant même d'y mettre un pied que je mangerais, que je rentrerais en tirant la gueule dans la voiture, radio éteinte. Que ça soulagerait ma conscience vis à vis de Julie. Surement, faut pas être con, que j'espérais que ça se finisse pas si mal que je l'esperait officiellement. J'aurais pu tenter le coup quand même. Y aller au culot et tenter le tout pour le tout. J'ai rien à perdre après tout. A part peut-être mon moral et mes nuits des jours durant ...

Alors je n'ai pas fait demi tour. Et je ne l'ai pas rappellé. Pas encore ?

Il y a un connard qui ne sais pas ce qu'il a. Il y a un connard qui mérite mon poing dans sa gueule. Il y a un connard qui a eut de la chance de croiser Seb. Il y a un connard.

Humide comme un dimanche.

| 1 commentaires

Quand Pascale m'a quitté j'écoutais les petites phrases du genre "T'es génial", "J'ai rien à te reprocher", "C'est moi", "Tu trouvera quelqu'un et je l'envie", "C'est pas toi", "Je suis désolée", "J'y peux rien" ... J'écoutais tout ça et je n'en croyait pas une goutte. Je n'étais qu'une pauvre merde, elle préférait rester seule en Vendée (!) qu'avec moi une fois par semaine. On dit bien qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné non ?

J'ai mangé, j'ai bu un peu aussi certe (juste un peu) et puis j'ai fini par me dire que merde, qu'elle aille se faire foutre, si je suis si awesome que ça je trouverai quelqu'un d'autre et elle se rendra alors compte de la connerie qu'elle a faite. Et surement que j'en profiterais alors pour remuer le couteau dans la plaie. Elle l'aurait bien chercher. Moi je m'en foutrait, trop awesome que je suis j'aurais trouvé une Clara Morgane au cerveau aussi jolie que son calendrier et on sera trop inlove tous les deux. Elle sera malheureuse comme les pierres, mais moi j'm'en fout, je l'avais prévenu.

Et puis ce matin j'ai quitté Julie. Oui, la Julie dont je ne parlais pas trop ici. La Julie qui n'aura jamais eut officiellement connaissance de ce blog. La Julie à qui je n'ai rien à reprocher mais que pourtant j'ai bel et bien quitté ce matin. Cette Julie là oui. Julie. Et je lui est tenu à peu prés ce langage : "T'es géniale", "J'ai rien à te reprocher", "C'est moi", "Tu trouvera quelqu'un et je l'envi", "C'est pas toi", "Je suis désolé", "J'y peux rien".

Je savais bien ce qui se passais dans sa tête. Les murs qui s'écroulent, la déprime qui s'abat sur vous comme un tsunami de médiocrité personnelle. Cette impression de se noyer là tout de suite et de voir l'autre là comme un con vous dire que tout ira bien alors que c'est lui qui vous tiens la tête sous l'eau. Le regarder partir et se faire étrangler par le silence qui soudain envahi la pièce pour l'éternité.

Je savais tout ça et j'ai continué. Je savais que ça serais dur mais je l'ai fait quand même. Ca a été pire que prévu, mais j'ai tenu. Elle a pleuré, elle pleurera encore mais je sais que c'est mieux comme ça. Après presque trois mois j'ai eut le temps de me poser la question. Et la réponse était limpide. Il n'y a pas de bon moment, mais j'ai tenté quand même d'en trouver un. Il vaut ce qu'il vaut.

Ce que je déteste le plus dans les séparations c'est le coté matériel. Je n'ai pas eut à les demander mais j'aurais pu les lui abandonner, les clefs de chez moi.


J'ai fait des erreurs avec Julie, que je ne recommencerais pas. Je pensais sincèrement qu'il n'y avait que dans les films à l'eau de rose ou les chansons un peu cul-cul d'ado boutonneux que la fille tombe folle amoureuse d'un mec qui ne la regarde pas. Je pensais qu'en vrai toutes les filles étaient insensible, libre, féministe, indépendante. Ce n'est pas vrai. Il y en a encore qui croient au prince charmant, il y en a encore qui tombe éperduement amoureuse d'un connard. Je ne le savais pas. Et j'ai joué avec elle sans même m'en rendre compte. Coupette, musique, slow, surprise, cadeau, clefs de chez moi. Je lui ai vite sorti le grand jeu, pensant simplement l'amuser un temps. Rapidement je me suis rendu compte que le petit jeu de séduction ne marchait que dans un sens et que ça ne devenait plus drôle du tout. Et pourtant elle y mettait vraiment et sincèrement du siens. De petites attentions en grande bouffée d'ouverture d'esprit sur des sujets qu'elle ne maitrisait pas mais qui, m'interressant moi, l'interressait elle. Je lui en ai parlé une fois, de faire attention à elle. Je lui en ai parlé deux fois, que je n'étais pas aussi amoureux d'elle qu'elle de moi. Je lui en ai parlé trois fois, que sa famille aussi sympa soit-elle restait SA famille à mes yeux et que je n'avais rien à y faire ... Mais rien a pris. Un sourire et tout repartait comme dans un conte de fée unilatéral. Il a fallut mettre le hola et voilà.

Je ne regrette pas même si ça ne fait pas du bien.

Tadaaaa !

Voilà, ça m'a pris comme une envie de coca. J'ai "un peu" changé la tronche du blog ! ^^ Je sais même pas encore si ça me plait, il y aura surement des retouches ici ou là, ou grand changement encore une fois je sais pas encore ! On verra bien. Ca vous plait ?

La cerise sur le gateau.

| 0 commentaires

J'ai faillit commencer ce blog par "8h42 - Mais pourquoi il faut que je me lève systématiquement avec les poules le samedi matin alors que je me suis couché tard et que je suis crevé ?". Finalement j'ai fermé les yeux et me revoilà.

11h - Ça fait du bien de dormir un peu. De se dire qu'on a le WE pour s'occuper de soit. Si ça se trouve j'aurais même le temps de me raser dites donc ! Ça fait une bonne dizaine de jours que je ne vous ais pas donné de nouvelles. Si on reprends un peu le fil des évènements on se souviens des mauvaises annonce coup sur coup, les impôts et les taxes comme tout le monde (sauf que j'avais encore jamais payé d'impôts et payer la taxe seul ça laisse pas le même souvenir qu'à deux) mais aussi deux pannes de voitures, un carambolage, les dents, les 30 ans, les jeux qui nous passe sous le nez ... Et pendant tout ce temps j'attendais le retour des m'ringues ... Ce petit truc informe et plein de sucre que me fait jouer avec la crise de foie tous les ans. J'vais la faire courte : Ils ont changé la recette.

Bref rien ne va. Ah si le boulot ça va ça ... Mon chantier ne me parait pas en avance sur le planning mais par moment on sens que c'est jouable et c'est bonheur. En fait je me souviens bien, perdu tout au fond de ma tête, cloué par les dents sur mon lit en plein après midi, le jour de mon anniversaire, je me souviens bien m'être dit "La dernière chose qui pourrait m'arriver en fait c'est de me faire virer". Non pas que je ne soit pas méritant ou que je sois en bizbille avec qui que ce soit à la boite, simplement que voilà, ça serait la cerise sur le gâteau.

Devinez quoi ... Jeudi dernier il y a eut une petite réunion à la boite. La précédente c'était pour nous parler des petites économies. De pas faire 20km pour aller manger au resto le midi, de pas jeter du matériel à la poubelle par j'm'en foutisme. Ça parlait un peu de l'avenir de la boite, des chantiers en court et de ceux à venir. C'était avec la crise tout ça.

Ce coup-ci la rumeur du thème est apparu assez rapidement en début de semaine "Parait que c'est pour parler de licenciement". Personne n'en savais vraiment plus mais le ton était donné. Le jour J ça n'a pas traîne : "Bon, il y a des réunions plus intéressantes ... blablabla ... et pour pas couler la boite il va falloir se séparer de personnel ... blablabla ... Et ça concerne 3 personnes ..." Là j'ai dit merde quand même, intérieurement. 3 personnes c'est pas la moitié de l'effectif sur le terrain mais presque. Je pensais qu'on parlerais de départ volontaire, de congés anticipé, de chômage technique pour un temps donné ... Non. Ce soir il y a 3 mecs en moins. "Et donc il s'agit des 3 derniers arrivé : Bastien, Arnaud et Luc."

Et voilà. Je savais que ça parlerais de licenciement. Je savais que j'étais le dernier arrivé dans la boite, je savais que même s'il était loin de se plaindre de mon travail, je serais en tête de liste. Et pourtant je n'y croyait pas vraiment. J'étais serein. Jusqu'au coup de massette. Et Arnaud ... Moi je suis seul, j'ai fini de payer la voiture, j'ai pas de crédit sur le dos, je ne panique pas.

On n'en veux pas une seconde au patron. Dernier arrivé, premier parti, on connait la chanson. On sait aussi qu'il s'est battu comme un porc pour ne pas en arriver là. Mais avec la crise, tous les gros chantier qu'on lui promettait pour le début de l'année sont plus ou moins en stand-by et du coup il se retrouve en grave sur-effectif, il n'a malheureusement pas le choix. On est pas con, on va pas rester et couler la boite pour de bon.

Je suis viré et je n'ai pas traîné pour m'orienter et savoir où je mettrais les pieds en 2009. Hier après le dentiste j'ai été aux Assedic me renseigner sur les différentes options qui s'offraient à moi (et aux autres) en terme de suivi et de sous-sous, j'ai été à la Sécu savoir pourquoi je n'avais toujours aucun remboursement des soins que j'ai eut il y a un mois déjà. J'ai été à l'ANPE(.fr) pour voir les offres disponible. J'ai été aux impôts pour savoir si j'allais enfin la recevoir ma taxe d'habitation (ah ouais parce qu'ils s'était trompé sur mon adresse au 1er Janvier 2008, du coup j'ai toujours rien reçu.) puis j'ai été chez Vediorbis, prendre le pouls du marché et savoir un peu à quoi m'attendre en terme de boulot disponible et là j'ai été pas mal surpris en fait.

D'après le patron de l'agence (la plus grosse sur l'électricité dans toute la région) il y a du boulot à balle, à chaque fin de semaine il cherche encore une quinzaine de gars et pour peu qu'on soit un minimum compétant et motivé, on a du boulot toute l'année ! Depuis le temps que je me tâtais pour l'intérim (et la paie qui va avec) et bien voilà, c'est l'occasion !

L'intérim c'est l'aventure. Non pas de ne pas savoir si on aura du taff la semaine prochaine, c'est l'aventure de ce qu'on va avoir à faire ! Déjà que l'électricité est un métier très varié, en intérim c'est bien pire, je peux travailler un jour sur une tour, le lendemain sur un bateau, le jour suivant dans une centrale nucléaire avant de finir le mois chez mémé à changer l'ampoule de la cuisine. Par contre, on est plus le chef de qui que ce soit en intérim. On fait ce qu'on nous dit de faire et on a pas réellement notre mot à donner. J'avais le super pouvoir de mettre la zic que je veux sur le poste et l'imposer à tout le monde au passage. C'est bien fini malheureusement.

Incroyable !

La semaine dernière déjà ça m'avais fait bizarre mais cette semaine, c'est sur. Le Gaumont se met à faire de la VO !!

En attendant ...

On fait court :

Oh putain.

Ma bite !!



Via : http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-20015.html

Des nouvelles ?

| 0 commentaires

Pfff, je viens enfin reprendre un peu le contrôle de ce blog ! Des nouvelles ? Vous voulez savoir ce que je deviens depuis presque un mois sans vraiment de nouvelles ? Et bien je m'en sors.

Passer le cap des 30 ans n'a pas été simple. Un mois avant j'imaginais vraiment une grosse chouille pleine de rire, de musique de sourire, de filles, de blablatage, de champagne et de cotillon. Et c'est tout l'inverse qui a eut lieu.

Je crois que tout à commencé début Septembre. Je n'ai même pas pu trouver un billet en parlant tellement tout c'est enchainé depuis. Comme ça, pour rien, ma voiture avait décidé de ne plus démarrer. De coup de fil en coup de main j'ai finalement changé ma batterie et les 80€ parti ce jour là n'étaient que le coup d'envoi d'un long périple qui m'a bien taillé les genoux finalement.

Peu de temps après c'est ma sonde de liquide de refroidissement qui me lâchait. Ces 165€ et les impôts et leurs 3x308€ surprises suivi de très très prés par leurs copains "Taxes d'habitations/Redevance Audiovisuelles" estimés à 732€ cash. Puis la goute d'eau qui fait saigner les dents : le dentiste.

Mais avant ça il y a eut mon accident avec la voiture du boulot quand même. Ca ne m'a pas couté trop de sous puisque la voiture comme l'assurance ne me concerne pas mais j'ai quand même été voir le médecin pour mon cou et ai acheté quelques pilules et de la crème qui va bien. Parait que c'est rembourser tout ça, mais j'ai encore rien vu venir. Au coup financier au moral c'est vu rajouter le coup au cou tout court. J'ai vu FarCry2, Fable2, Gears Of Wars 2, Dead Space et tant d'autres bonheur capitaliste me passer sous le nez. Un pied dans la crise, l'autre dans la tombe.

Oh putain, je m'en rappellerais des mes 30 ans. Déjà le 24 je me plaignait d'un bon mal de dents des familles. En fait j'avais mal depuis le 22 déjà, juste de quoi me rendre compte que je ne mangeais plus que d'un coté. Le lendemain, sous aspirine, je me rendait compte que ça lançait un peu. Rendez-vous pris chez le dentiste dés le lendemain matin. Pendant la nuit je me relevait même, prit de douleur. Impossible de dormir. L'aspirine me faisait autant d'effet qu'une tisane à l'eau.

Le passage chez le dentiste, après une (première nuit blanche) m'a simplement soulagné d'une 40aine d'€uros supplémentaire. Une petite boite d'antibiotique pour soigner la suspiçions d'infection sous une couronne datant du début d'année (dans une autre vie) et un peu de Paracetamol. Voilà tout. Et ce fut le début d'un looonggg WE de 3 jours. D'un looonggg WE d'anniversaire. Oui, il y a bien un cap des 30 ans.

Julie avait couplé RTT avec permission et jour de récup pour avoir 6 jours de libre rien qu'avec moi. Faire la fête un peu, s'amuser beaucoup et surtout passer un peu de vacances loin de tout et de tous. Au lieu de ça elle a passé 6 jours au chevet d'un mi-mourrant. Je me souvient encore lui dire sur le péron de la porte à son arrivé :

"J'ai une mauvaise nouvelle."
- Quoi ? Tu me fais peur ...
"J'ai mal aux dents."
- Oh ! ^^

Moi même je ne m'en faisait pas tout une histoire, le dentiste allait surement faire son boulot et je n'aurais plus mal en moins de de temps qu'il n'en faut pour signer un chèque. J'avais tord. La douleur n'a fait qu'enfler, mes tempes de battre le feu et moi de ne pas dormir. Ou juste une heure par-ci par là, au top de l'effet du paracetamol. Le 25, le jour de mon anniversaire j'allais tellement bien que je ne parlait plus qu'en geste à peine compréhensible de la main. une moitié de visage plus grosse que l'autre. On a fini par aller chez SOS médecin une première fois. Si Julie ne m'avais pas conduit j'aurais surement fait venir quelqu'un. J'y ai échangé un gros chèque contre une nouvelle boite de cachet à rajouter aux précédents. 2h aprés je n'en pouvait plus. De retour chez SOS médecin j'ai eut droit à une piqûre, dans les fesses messieurs dames, ce qui n'a pas manqué de faire rire Julie. Le soir, pour fêter mes 30ans j'ai eut droit à de la purée mousline et une mousse au chocolat.

Les 48h suivantes ont laissé le temps aux antibiotiques de faire effet, surement, et ça m'a permis de retourner voir enfin le dentiste qui s'est décidé à me retirer la dite couronne, pour ne rien trouver en dessous. J'ai un "pansement" maintenant. Mais au moins je n'ai plus mal aux dents. Elle me remettra gratuitement (on en reparlera surement de ça) la couronne dans 6 mois. Pour être sur qu'il n'y a plus d'infection.

Tous ces sous (les pannes, les impots, les taxes, les imprévus). Tous ces problèmes physique (le cou, les dents). Tous ces petits bonheurs vidéo-kdo-ludique m'ont fait perdre pied. Tant avec ce blog qu'avec moi ou qu'avec Julie, la pauvre.

J'en reparlerais. De mon anniversaire, et de Julie. En attendant faut que j'aille me faire couper les cheveux pour pas cher.

En attendant ...

En attendant ...

En attendant ...



Alors ? Qui a dit "pas de bras pas de chocolat" ?

4 GoW pour 4€ !

| 1 commentaires

Le 24 Octobre, entre deux giclées de pilule j'ai trouvé la force d'aller faire un tour au Leclerc du coin. Là bas en me baladant dans les allée mon regard à été attiré par une petite étiquette de prix électronique pour Gears Of Wars sur 360 (forcément) pour la modique somme de 1€. Bon, il y a forcément une erreur, mais vu que c'est une étiquette électronique l'erreur est informatique et sera la même en caisse non ? Je prends un exemplaire, je vais à une borne à code barre pour vérifier vite fait et l'article passe bien comme étant une "promo" sur GoW. Bon, à 1€ ça reste une erreur du responsable rayon mais bon, je retourne en rayon, j'attrape toute la pile et je file en caisse.

Là bas c'est le souc. Un client à qui on avait interdit de prendre son caddie en tissus pour faire ses courses en a simplement prit un dans le rayon idoine pour faire ses courses avant de l'abandonner lâchement en tête de caisse provoquant la colère de tout le personnel présent.

Ma caissière à qui je demande de d'abord passer un jeu pour vérifier une dernière fois le prix histoire d'être sur de mon coup s'exécute et s'étonne du prix. Je lui dit qu'il y a bien une erreur et que c'est bien pour ça que j'en prends autant. Elle s'en fou un peu forcément mais en chie un peu à ouvrir les boites, du coup elle appelle sa chef juste à coté pour lui filer un coup de main et lui demande si c'est normal cette promo à 1€ sur les jeux là. La chef s'interroge et fait venir le chef de rayon.

Le gars arrive, je lui explique que le "produit" est étiqueté à 1€, qu'il passe 1€ aux bornes à code barre et même en caisse et que donc, c'est bien le prix que je veux payer. Il me regarde avec des yeux de chien battu et me dit :

"Bah ouais ..."

Et voilà le travail !

Prison Break saison 2 !

Sos médecin. Le retour.

| 0 commentaires

Épisode morphine.

Mouru.

| 0 commentaires

J'en chie putain. Direction sos médecin.

30 ans tout mouru.

| 0 commentaires

J'ai 30ans et je suis mi mort. De mon passage chez le dentiste je suis ressorti avec une ordonnance de medoc et une radio à faire faire. Le prochain rdv étant pour jeudi prochain faut que je tienne avec ça. Chouette. C'est la fête.

J'ai 30 ans.

Et, même s'il est un peu tard, j'aimerais être Mickaël Vendetta quand je serais plus grand.

Mal aux dents ...

J'ai mal aux dents bordel. J'ai mal aux dents bordel. J'ai mal aux dents bordel. J'ai mal aux dents bordel. J'ai mal aux dents bordel. Vivement 8h15 que le dentiste ouvre enfin ! J'en peux plus ! :,(

Rubik's Cube de folie ...

J-5

Et sinon pour mon anniversaire, outre les Tickets Resto, la petite monnaie ou même depuis peu les CB vous pouvez aussi m'offrir Fable 2, Far Cry 2 ou Gears Of Wars 2 ... Ou ça :


Oui, ça je veux bien aussi, mais les deux hein ! :p

J'adôôôre ! :)



Et puis :

Am I Dexter ?

| 0 commentaires

J'ai regardé deux épisodes de la saison 3 de la toujours excellente série Dexter. Pour ceux qui ne connaissent pas encore, il s'agit de la vie d'un tueur en série au quotidien. Alors oui il y prend du plaisir, oui il fait ça comme un vrai psychopathe mais on l'aime notre Dexter. Sous couvert du Harry's code il ne s'en prends qu'à de vilain méchant. Mais le plus intéressant de la série, comme bien souvent, n'est pas là. Non, le plus intéressant c'est comment un être comme ça vie la vie de tous les jours. Comment, tiraillé par de telles pulsions, il arrive à avoir une vie sociale, professionnelle et personnelle à l'abri de tout soupçon. L'illusion d'une vie saine lui permettant d'assouvir ses pulsions sans se faire prendre.

Dans la première saison justement un épisode, marquant, forçait le trait sur son manque d'émotion, sur le rôle qu'il devait jouer aux yeux de tous pour pouvoir être lui le soir venu. Le rôle important du regard des autres, de la société.

En regardant les épisodes de ce soir je repensais à moi. Non, je vous arrête tout de suite, je ne suis pas un tueur en série menant une double vie. Mais je faisais quand même le parallèle avec moi. Je me disais qu'aujourd'hui, avec tous les loisirs qui nous sont accessible, les séries TV (ou la TV en général), les jeux, les magazines, les livres, le ciné, les soirées, les musées et j'en passe, avec tout ça, on pourrait y passer sa vie sans avoir besoin de qui que ce soit d'autre. Et d'être heureux et épanoui comme ça.

Oh, je ne pensais pas comme ça il y a quelques mois, c'est vrai. Mais je me sens un peu comme ça maintenant que j'ai appris à faire devenir pote avec ma solitude. Je regardais Dexter ranger ses affaires de travail et rentrer fissa chez lui, fermer la porte, seul, allumer le PC et "faire son devoir". Il avait fini sa journée de sociabilité professionnelle et pouvait enfin être lui même sans avoir à subir aucun jugement. Sans son travail il passerait pour un paria : "Oh lui il n'a pas de vie, il ne sort jamais de chez lui, c'est louche, je m'en méfie.".

Au début de la série Dexter n'était pas amoureux de Rita, mais il jouait le jeu, pour la société, pour le regard des autres. Il tenait à Rita, il ne voulait pas lui faire de mal d'aucune manière que ce soit et la situation lui allait parfaitement. Rita pouvait aimer quelqu'un et retrouver le sourire après une histoire difficile avec son ex et lui gagnait une parfaite petite vie familliale au passage. Tout le monde y trouvait son compte.

Et là tout de suite, prit pas un gentil coup de barre post week-end je ne sais plus trop où je voulais en venir avec tout ça. Peut-être que je suis encore en train de penser à Julie. Peut-être que c'est ma Rita, qu'on a tous les deux quelque chose à y gagner. Que je pourrais simplement laisser couler, jouer le jeu sans me poser de question et que, comme Dexter, petit à petit, je me laisserais prendre à ce jeu de rôle et y laisser ma vie, mes années j'entends. Regarder un jour mon fils dans les yeux et y voir toute cette histoire.

Dans 10 ans, quand je relirais ce blog (là je me demande vraiment à quoi ressemblera le net dans 10 ans, et si j'aurais vraiment encore la possibilité de lire tout ça dans 10 ans, va falloir que je saugegarde sérieusement tout ça quand même ...) je me dirais peut-être que j'ai bien fait de continuer. Je me dirais peut-être que vachement d'eau à coulé sous les ponts. Je me dirais que j'ai bien changé. Je me dirais que je me posait quand même foutrement trop de questions. Je ne me rappellerais sans doute aucune des allusions que je distille ici ou là et que, volontairement, je ne vous montre/explique pas.

Erf, dans 10 ans ... C'est loin tout ça. Dans 50 ans on sera de vieux croutons, on radotera sur les bons vieux groupe de rap et on ne jurera que sur la Xbox. Le tout via une sorte d'msn virtuel en visio permanante avec le monde tout entier. Faudra que je fasse un billet là dessus tiens, que je le relise dans 50 ans. Ca me fera sans doute bien marrer !