Les Lascars sont de retour ! :D

Vous les aviez oublié ?? La baston de regard vous ne vous souvenez pas ?? Ca vous reviens ? Et bien je viens d'apprendre qu'ils revenaient, tous les jours sur Dailymotion ! Youpi ! C'est toujours aussi bon ! :D

Fin de semaine ...

Un vendredi il n'y a que deux solutions, soit c'est à la cool, on discute et on a tellement donné pendant la semaine qu'on est plus capable de rien, soit au contraire, on a tellement donné dans la semaine que, lancé sur son élan, on en a du mal à s'arrêter le soir venu. Hier c'était un peu ça. Rajouter le fait que j'étais seul, avec ma radio à fond à faire un truc bien kiffant et vous pouvez vous dire que j'ai quitté le chantier à 18h30 à reculons !



Le hic c'est que Seb m'attendait pour 19h chez moi. Sachant que mon chantier est à 45mn (quand ça roule supra bien) de là vous aurez déjà compris que ça partait mal cette histoire. Surtout qu'on devait filer ensuite illico au ciné pour 20h10 ! Et bien sur dans des cas pareils, ça n'arrive jamais d'habitude, plus de batterie sur le téléphone qui a trop servi à regarder des vidéos et surfer sur internet à midi ! Impossible de joindre Seb qui allait se pointer chez moi et faire chier tous les voisins à faire sonner mon interphone hurleur pendant des heures et des heures le pauvre !

Bon, je vous passe la route et j'en arrive tout de suite au moment ou je me gare devant chez moi en voyant Seb faire de même ! Il avait 10mn de retard le coquin ! Bon, moi après avoir speedé toute la journée sur mon chantier en chantant comme un con dans ma colonne, après avoir fini et rangé en 4eme vitesse voyant l'heure tourner et l'impossibilité de prévenir qui que ce soit, après avoir speedé sur la route pour arrivé à l'heure, après tout ça je me suis jeté sous la douche et nous sommes parti au ciné aussi vite qu'on était arrivé. Sans manger bien sûr.

Au menu du soir, le Transporteur3, un film qui restera longtemps dans les annales des pires dialogues de tous les temps et qui reçu aussi ce soir là le prix spécial du jury "Master of incohérences". C'est pas compliqué, la salle applaudissait tellement ça devenait du grand n'importe quoi. M'enfin, c'était un peu la promesse de l'affiche en même temps. Tout ça pour dire qu'aprés une journée speed, la soirée l'a été tout autant.

A peine rentré, plein de speed dans les veines encore, je me suis posé devant le PC. J'y ai vu des projections murales monumental complètement hypnotiques et fantastiques.




J'y ai vu une vidéo de stock car tout aussi hypnotisante et filmé avec un procédé de "tilt-shift time-lapse" assez dérangeant.


Metal Heart from Keith Loutit on Vimeo.

Puis je crois, j'ai été me coucher. Sur les coups de 00h30, aprés un peu de lecture. Pas même un peu fatigué. Sur ma lancé.

Et le drâme c'est ce matin, quand je me suis reveillé et qu'au bout d'un moment j'ai eut le courage de regarder l'heure qu'il était. 8h33. Mais pourquoi ? Pourquoi ??

Alors je me suis levé et j'ai encore allumé le PC, j'ai matté le dernier épisode de Nerdz que j'avais loupé la veille au soir forcément.




Et dire que ce soir je vais faire la tournée des Bar-bars ...

Ca poutre !

| 0 commentaires

Depuis 2 jours déjà je suis plongé dans les petits fils de toutes les couleurs sur mon chantier que j'ai. Depuis 2 jours déjà j'en vois des 5p6/10, des 5p9/10, même des 14x2p6/10 c'est vous dire. Ca en fait des fils, ça en fait des couleurs, ça en fait.

Les colonnes PTT c'est du pipi de chaton. Le téléphone c'est même pas drôle. Non, ce qui est drôle c'est les interphones, ça c'est cool. Ca ça prends du temps, ça ça pardonne pas. Hier par exemple, aprés une bonne journée à cabler une colonne entière et la platine de rue qui va avec, impossible de tester quoi que ce soit, le transfo 220v/12v en tête de ligne refusant de délivrer le sacro-saint 12v. Même changé, même problème. Allez comprendre Charles.

Aujourd'hui, nouvelle journée dans les paires multi-colore, encore une journée à cabler du téléphone, de l'interphone et de la platine de rue. Sauf que ce transfo là fonctionnait bien lui. Et Paf ! Au premier essai ça sonne dans l'appartement sencé sonner ! Alors oui je me doute qu'il me sera difficile de vous faire ressentir un poil de la joie que ça peux procurer de voir tout ce foutoir fonctionner sans aucun pépin au premier coup de pédale, mais diantre ça fait du bien ! :D

Première fois de ma vie que je faisais de l'interphonie et première victoire ! Et pouf, je peux rajouter ça à mon CV maintenant. Quand je vous disais qu'on en apprends tous les jours ... J'ai même prévu de bidouiller l'interphone de chez moi pour ne plus avoir à prendre mes clefs quand je sors ... mais chut, c'est un secret de professionnel ! :p

Je l'aurais un jour ...

Je l'aurais !!

Allo ?

| 1 commentaires

Je ne sais plus à qui ou où je disais/écrivais ça il n'y a pas encore longtemps, ici surement, mais ce que j'aime dans mon boulot, c'est qu'on en apprends tous les jours. Mais vraiment. Aujourd'hui par exemple, j'ai câblé des pieds à la tête une colonne PTT. Bon, ça vous parle pas, mais quand le téléphone sonnera, vous serez bien content que je ne me sois pas gouré.

Dans la foulée j'ai attaqué tout le système d'interphonie. Demain j'épluche la notice pour les détails et hop, demain je dormirais moins con ! Si si, c'est possible ! :)

Un temps de retard.

| 0 commentaires

Comme je disais déjà à Julie pendant la première semaine (rapidement en tous cas), elle m'a connu dans une période ou je me sentais bien avec mon célibat, je ne cherchais personne. Je prenais simplement un grand plaisir à discuter et dragouiller certes un peu les quelques personnes que j'avais réussi à intéresser. Et si je m'étais retrouvé sur Match, c'était vraiment un concours de circonstances.

Bien vite dans la relation je me suis rendu compte de l'amour que je gardais pour mon temps libre. Pourtant on peux pas dire qu'elle me le bouffait. Elle ne refusait pas une parti de Fable, elle a accueilli avec moi la "NXE" et me regardait, des étoiles pleins les yeux, faire mon petit tour du net(vibes) quotidien. Toutes ces petites choses de la vie, du vrai quotidien, le mien en tous cas, ça me touchait, vraiment. Mais plus ça allait, plus je me rendait compte que je ne faisait plus aucun effort. J'aurais pu surfer le lendemain, ne pas checker mes mails jusque dans le lit sur le téléphone avant de me coucher, lui avouer avoir un blog, un profil Facebook ... mais tout ça je ne l'ai pas fait. Parce qu'elle ne le demandait pas.

Et c'est vrai que dans ces moments là je pensais à Pascale. Elle râlait là dessus, et je freinai tant bien que mal, ça me coutais, mais j'aimais. C'est comme un enfant à qui on accorde tout. Ca devient une merde. J'avais pas envie d'être un connard qui se gratte les couilles devant la TV avec la copine à coté en train de faire à bouffer. Je veux être quelqu'un de bien qui participe, qui se bouge. Je veux avoir aussi du temps à moi faut pas pousser non plus, mais il y a un juste milieu.

Enfin bref, ce n'est qu'un détail. Si Julie lis ça un jour, je ne voudrais pas qu'elle pense que ce n'est que parcequ'elle était trop gentille, c'est un tout, et comme je l'ai déjà dit, c'est indéfinissable, c'est comme ça. Ca prends ou ça ne prends pas. Ca n'a pas pris.

Tout ça pour dire que j'ai un peu de retard de lecture moi en ce moment ...

Burn Baby ! Burn !

| 2 commentaires

Après tout ce bonheur que j'ai pu répandre autour de moi en ce magnifique Dimanche gris, froid, pluvieux et venteux je me suis dit que je ne pouvais pas m'en sortir aussi facilement. Il fallait que moi aussi je bouffe un peu ma merde, que je ne dorme pas tranquille ce soir. L'épisode Julie se serait peut-être suffit à lui même mais les potins rapporté inconsciemment par Seb la veille ne pouvaient pas rester impuni.

Juste une parenthèse pour Seb : Que tu croises Pascale à Nantes soit. J'ai pas particulièrement envie de le savoir mais passons. Mais ne te sens pas obligé de rajouter qu'elle n'était pas seule. Ca ira merci ! :p

Ca fait un moment déjà que je me disais que quitte à être à la Roche, autant en profiter pour tirer vers Fontenay le Comte. L'occasion était trop belle, le Dimanche bien assez pourri pour se le finir au fin fond du trou du cul du monde de la Vendée. Mon Karma bien assez noir pour me prendre une bonne grosse claque.

"Tu fais quoi dans une 1h ?"

GPS réglé, essuies-glace en marche, demi tour puis 2eme à droite ... Puis, le téléphone sonne.

- Allo ?
"C'est moi, ça va ?"
- Oui.
"T'es sur de vouloir venir ? T'es à la Roche ou à Nantes ?"
- A la Roche.
"T'es pas avec Julie ?"
- Non.
- Je viens de la quitter et je me disais pour bien me finir je passerais bien te voir.
"Qu'est que tu deviens ?"
- Bah je viens d'éclater un coeur qui n'a rien demandé sur le trottoir, je viens de me faire virer et j'ai plus de thunes. Mais t'es déjà au courant ...
"Oui, je sais pas pourquoi mais je ne peux pas m'empêcher d'aller le lire ce blog."
"Il faut que je te dise, je suis avec quelqu'un alors si tu viens ..."
- Oui je sais. Seb à cafté hier.
"Alors tu fais ce que tu veux mais je voulais te le dire avant."
- Ouais, bah je vais économiser de l'essence alors ... tans pis pour toi.
"Bastien ? ... tu sais, comme d'habitude, j'ai pas trop de forfait ..."
- Oui, je sais. Au revoir.
"Tu peux appeler ..."
- Ou pas.
Et j'ai raccroché.

Sur tout le trajet du retour j'ai hésité. Demi-tour ? Pas demi-tour ? Envie de voir ou elle vie ? Ce qu'elle mange ? Ce qu'elle voit par la fenêtre ? ... Pas vraiment. Envie de la voir, de la sentir, de toucher sa peau, de sentir ses cheveux. Oui. Encore et toujours. Encore et toujours et ça commence vraiment à me casser les couilles.

8 ans après sa séparation d'avec ma mère mon père continuait d'espérer la voir revenir. Je trouvais ça vraiment psycho, patho, maladif. Et maintenant quand on me quitte je ne m'accroche pas, je ne pigne pas. Je laisse partir, je baisse la tête et je vais voir ailleurs si mon gros cul se trouvera un coin ou il ne fera chier personne. Et 8 mois plus tard me voilà. Je ne passe pas mon temps au téléphone à la supplier de revenir, je ne pleure pas son retour, je ne l'espère même pas. Je veux dire par là que ce n'est pas le sens de ma vie. Que je vais de l'avant, sans trainer de la patte, tranquillement, serainement, même si je ne dirais surement pas non pour être honnète.

Ca fait bien longtemps qu'elle n'obnibule plus mes pensées et ça fait du bien. Alors pourquoi est-ce que j'avais envie d'aller me cramer à Fontenay le Comte ce matin ? Probablement parceque je savais avant même d'y mettre un pied que je mangerais, que je rentrerais en tirant la gueule dans la voiture, radio éteinte. Que ça soulagerait ma conscience vis à vis de Julie. Surement, faut pas être con, que j'espérais que ça se finisse pas si mal que je l'esperait officiellement. J'aurais pu tenter le coup quand même. Y aller au culot et tenter le tout pour le tout. J'ai rien à perdre après tout. A part peut-être mon moral et mes nuits des jours durant ...

Alors je n'ai pas fait demi tour. Et je ne l'ai pas rappellé. Pas encore ?

Il y a un connard qui ne sais pas ce qu'il a. Il y a un connard qui mérite mon poing dans sa gueule. Il y a un connard qui a eut de la chance de croiser Seb. Il y a un connard.

Humide comme un dimanche.

| 1 commentaires

Quand Pascale m'a quitté j'écoutais les petites phrases du genre "T'es génial", "J'ai rien à te reprocher", "C'est moi", "Tu trouvera quelqu'un et je l'envie", "C'est pas toi", "Je suis désolée", "J'y peux rien" ... J'écoutais tout ça et je n'en croyait pas une goutte. Je n'étais qu'une pauvre merde, elle préférait rester seule en Vendée (!) qu'avec moi une fois par semaine. On dit bien qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné non ?

J'ai mangé, j'ai bu un peu aussi certe (juste un peu) et puis j'ai fini par me dire que merde, qu'elle aille se faire foutre, si je suis si awesome que ça je trouverai quelqu'un d'autre et elle se rendra alors compte de la connerie qu'elle a faite. Et surement que j'en profiterais alors pour remuer le couteau dans la plaie. Elle l'aurait bien chercher. Moi je m'en foutrait, trop awesome que je suis j'aurais trouvé une Clara Morgane au cerveau aussi jolie que son calendrier et on sera trop inlove tous les deux. Elle sera malheureuse comme les pierres, mais moi j'm'en fout, je l'avais prévenu.

Et puis ce matin j'ai quitté Julie. Oui, la Julie dont je ne parlais pas trop ici. La Julie qui n'aura jamais eut officiellement connaissance de ce blog. La Julie à qui je n'ai rien à reprocher mais que pourtant j'ai bel et bien quitté ce matin. Cette Julie là oui. Julie. Et je lui est tenu à peu prés ce langage : "T'es géniale", "J'ai rien à te reprocher", "C'est moi", "Tu trouvera quelqu'un et je l'envi", "C'est pas toi", "Je suis désolé", "J'y peux rien".

Je savais bien ce qui se passais dans sa tête. Les murs qui s'écroulent, la déprime qui s'abat sur vous comme un tsunami de médiocrité personnelle. Cette impression de se noyer là tout de suite et de voir l'autre là comme un con vous dire que tout ira bien alors que c'est lui qui vous tiens la tête sous l'eau. Le regarder partir et se faire étrangler par le silence qui soudain envahi la pièce pour l'éternité.

Je savais tout ça et j'ai continué. Je savais que ça serais dur mais je l'ai fait quand même. Ca a été pire que prévu, mais j'ai tenu. Elle a pleuré, elle pleurera encore mais je sais que c'est mieux comme ça. Après presque trois mois j'ai eut le temps de me poser la question. Et la réponse était limpide. Il n'y a pas de bon moment, mais j'ai tenté quand même d'en trouver un. Il vaut ce qu'il vaut.

Ce que je déteste le plus dans les séparations c'est le coté matériel. Je n'ai pas eut à les demander mais j'aurais pu les lui abandonner, les clefs de chez moi.


J'ai fait des erreurs avec Julie, que je ne recommencerais pas. Je pensais sincèrement qu'il n'y avait que dans les films à l'eau de rose ou les chansons un peu cul-cul d'ado boutonneux que la fille tombe folle amoureuse d'un mec qui ne la regarde pas. Je pensais qu'en vrai toutes les filles étaient insensible, libre, féministe, indépendante. Ce n'est pas vrai. Il y en a encore qui croient au prince charmant, il y en a encore qui tombe éperduement amoureuse d'un connard. Je ne le savais pas. Et j'ai joué avec elle sans même m'en rendre compte. Coupette, musique, slow, surprise, cadeau, clefs de chez moi. Je lui ai vite sorti le grand jeu, pensant simplement l'amuser un temps. Rapidement je me suis rendu compte que le petit jeu de séduction ne marchait que dans un sens et que ça ne devenait plus drôle du tout. Et pourtant elle y mettait vraiment et sincèrement du siens. De petites attentions en grande bouffée d'ouverture d'esprit sur des sujets qu'elle ne maitrisait pas mais qui, m'interressant moi, l'interressait elle. Je lui en ai parlé une fois, de faire attention à elle. Je lui en ai parlé deux fois, que je n'étais pas aussi amoureux d'elle qu'elle de moi. Je lui en ai parlé trois fois, que sa famille aussi sympa soit-elle restait SA famille à mes yeux et que je n'avais rien à y faire ... Mais rien a pris. Un sourire et tout repartait comme dans un conte de fée unilatéral. Il a fallut mettre le hola et voilà.

Je ne regrette pas même si ça ne fait pas du bien.

Tadaaaa !

Voilà, ça m'a pris comme une envie de coca. J'ai "un peu" changé la tronche du blog ! ^^ Je sais même pas encore si ça me plait, il y aura surement des retouches ici ou là, ou grand changement encore une fois je sais pas encore ! On verra bien. Ca vous plait ?

La cerise sur le gateau.

| 0 commentaires

J'ai faillit commencer ce blog par "8h42 - Mais pourquoi il faut que je me lève systématiquement avec les poules le samedi matin alors que je me suis couché tard et que je suis crevé ?". Finalement j'ai fermé les yeux et me revoilà.

11h - Ça fait du bien de dormir un peu. De se dire qu'on a le WE pour s'occuper de soit. Si ça se trouve j'aurais même le temps de me raser dites donc ! Ça fait une bonne dizaine de jours que je ne vous ais pas donné de nouvelles. Si on reprends un peu le fil des évènements on se souviens des mauvaises annonce coup sur coup, les impôts et les taxes comme tout le monde (sauf que j'avais encore jamais payé d'impôts et payer la taxe seul ça laisse pas le même souvenir qu'à deux) mais aussi deux pannes de voitures, un carambolage, les dents, les 30 ans, les jeux qui nous passe sous le nez ... Et pendant tout ce temps j'attendais le retour des m'ringues ... Ce petit truc informe et plein de sucre que me fait jouer avec la crise de foie tous les ans. J'vais la faire courte : Ils ont changé la recette.

Bref rien ne va. Ah si le boulot ça va ça ... Mon chantier ne me parait pas en avance sur le planning mais par moment on sens que c'est jouable et c'est bonheur. En fait je me souviens bien, perdu tout au fond de ma tête, cloué par les dents sur mon lit en plein après midi, le jour de mon anniversaire, je me souviens bien m'être dit "La dernière chose qui pourrait m'arriver en fait c'est de me faire virer". Non pas que je ne soit pas méritant ou que je sois en bizbille avec qui que ce soit à la boite, simplement que voilà, ça serait la cerise sur le gâteau.

Devinez quoi ... Jeudi dernier il y a eut une petite réunion à la boite. La précédente c'était pour nous parler des petites économies. De pas faire 20km pour aller manger au resto le midi, de pas jeter du matériel à la poubelle par j'm'en foutisme. Ça parlait un peu de l'avenir de la boite, des chantiers en court et de ceux à venir. C'était avec la crise tout ça.

Ce coup-ci la rumeur du thème est apparu assez rapidement en début de semaine "Parait que c'est pour parler de licenciement". Personne n'en savais vraiment plus mais le ton était donné. Le jour J ça n'a pas traîne : "Bon, il y a des réunions plus intéressantes ... blablabla ... et pour pas couler la boite il va falloir se séparer de personnel ... blablabla ... Et ça concerne 3 personnes ..." Là j'ai dit merde quand même, intérieurement. 3 personnes c'est pas la moitié de l'effectif sur le terrain mais presque. Je pensais qu'on parlerais de départ volontaire, de congés anticipé, de chômage technique pour un temps donné ... Non. Ce soir il y a 3 mecs en moins. "Et donc il s'agit des 3 derniers arrivé : Bastien, Arnaud et Luc."

Et voilà. Je savais que ça parlerais de licenciement. Je savais que j'étais le dernier arrivé dans la boite, je savais que même s'il était loin de se plaindre de mon travail, je serais en tête de liste. Et pourtant je n'y croyait pas vraiment. J'étais serein. Jusqu'au coup de massette. Et Arnaud ... Moi je suis seul, j'ai fini de payer la voiture, j'ai pas de crédit sur le dos, je ne panique pas.

On n'en veux pas une seconde au patron. Dernier arrivé, premier parti, on connait la chanson. On sait aussi qu'il s'est battu comme un porc pour ne pas en arriver là. Mais avec la crise, tous les gros chantier qu'on lui promettait pour le début de l'année sont plus ou moins en stand-by et du coup il se retrouve en grave sur-effectif, il n'a malheureusement pas le choix. On est pas con, on va pas rester et couler la boite pour de bon.

Je suis viré et je n'ai pas traîné pour m'orienter et savoir où je mettrais les pieds en 2009. Hier après le dentiste j'ai été aux Assedic me renseigner sur les différentes options qui s'offraient à moi (et aux autres) en terme de suivi et de sous-sous, j'ai été à la Sécu savoir pourquoi je n'avais toujours aucun remboursement des soins que j'ai eut il y a un mois déjà. J'ai été à l'ANPE(.fr) pour voir les offres disponible. J'ai été aux impôts pour savoir si j'allais enfin la recevoir ma taxe d'habitation (ah ouais parce qu'ils s'était trompé sur mon adresse au 1er Janvier 2008, du coup j'ai toujours rien reçu.) puis j'ai été chez Vediorbis, prendre le pouls du marché et savoir un peu à quoi m'attendre en terme de boulot disponible et là j'ai été pas mal surpris en fait.

D'après le patron de l'agence (la plus grosse sur l'électricité dans toute la région) il y a du boulot à balle, à chaque fin de semaine il cherche encore une quinzaine de gars et pour peu qu'on soit un minimum compétant et motivé, on a du boulot toute l'année ! Depuis le temps que je me tâtais pour l'intérim (et la paie qui va avec) et bien voilà, c'est l'occasion !

L'intérim c'est l'aventure. Non pas de ne pas savoir si on aura du taff la semaine prochaine, c'est l'aventure de ce qu'on va avoir à faire ! Déjà que l'électricité est un métier très varié, en intérim c'est bien pire, je peux travailler un jour sur une tour, le lendemain sur un bateau, le jour suivant dans une centrale nucléaire avant de finir le mois chez mémé à changer l'ampoule de la cuisine. Par contre, on est plus le chef de qui que ce soit en intérim. On fait ce qu'on nous dit de faire et on a pas réellement notre mot à donner. J'avais le super pouvoir de mettre la zic que je veux sur le poste et l'imposer à tout le monde au passage. C'est bien fini malheureusement.

Incroyable !

La semaine dernière déjà ça m'avais fait bizarre mais cette semaine, c'est sur. Le Gaumont se met à faire de la VO !!

En attendant ...

On fait court :

Oh putain.

Ma bite !!



Via : http://jeanmarcmorandini.tele7.fr/article-20015.html

Des nouvelles ?

| 0 commentaires

Pfff, je viens enfin reprendre un peu le contrôle de ce blog ! Des nouvelles ? Vous voulez savoir ce que je deviens depuis presque un mois sans vraiment de nouvelles ? Et bien je m'en sors.

Passer le cap des 30 ans n'a pas été simple. Un mois avant j'imaginais vraiment une grosse chouille pleine de rire, de musique de sourire, de filles, de blablatage, de champagne et de cotillon. Et c'est tout l'inverse qui a eut lieu.

Je crois que tout à commencé début Septembre. Je n'ai même pas pu trouver un billet en parlant tellement tout c'est enchainé depuis. Comme ça, pour rien, ma voiture avait décidé de ne plus démarrer. De coup de fil en coup de main j'ai finalement changé ma batterie et les 80€ parti ce jour là n'étaient que le coup d'envoi d'un long périple qui m'a bien taillé les genoux finalement.

Peu de temps après c'est ma sonde de liquide de refroidissement qui me lâchait. Ces 165€ et les impôts et leurs 3x308€ surprises suivi de très très prés par leurs copains "Taxes d'habitations/Redevance Audiovisuelles" estimés à 732€ cash. Puis la goute d'eau qui fait saigner les dents : le dentiste.

Mais avant ça il y a eut mon accident avec la voiture du boulot quand même. Ca ne m'a pas couté trop de sous puisque la voiture comme l'assurance ne me concerne pas mais j'ai quand même été voir le médecin pour mon cou et ai acheté quelques pilules et de la crème qui va bien. Parait que c'est rembourser tout ça, mais j'ai encore rien vu venir. Au coup financier au moral c'est vu rajouter le coup au cou tout court. J'ai vu FarCry2, Fable2, Gears Of Wars 2, Dead Space et tant d'autres bonheur capitaliste me passer sous le nez. Un pied dans la crise, l'autre dans la tombe.

Oh putain, je m'en rappellerais des mes 30 ans. Déjà le 24 je me plaignait d'un bon mal de dents des familles. En fait j'avais mal depuis le 22 déjà, juste de quoi me rendre compte que je ne mangeais plus que d'un coté. Le lendemain, sous aspirine, je me rendait compte que ça lançait un peu. Rendez-vous pris chez le dentiste dés le lendemain matin. Pendant la nuit je me relevait même, prit de douleur. Impossible de dormir. L'aspirine me faisait autant d'effet qu'une tisane à l'eau.

Le passage chez le dentiste, après une (première nuit blanche) m'a simplement soulagné d'une 40aine d'€uros supplémentaire. Une petite boite d'antibiotique pour soigner la suspiçions d'infection sous une couronne datant du début d'année (dans une autre vie) et un peu de Paracetamol. Voilà tout. Et ce fut le début d'un looonggg WE de 3 jours. D'un looonggg WE d'anniversaire. Oui, il y a bien un cap des 30 ans.

Julie avait couplé RTT avec permission et jour de récup pour avoir 6 jours de libre rien qu'avec moi. Faire la fête un peu, s'amuser beaucoup et surtout passer un peu de vacances loin de tout et de tous. Au lieu de ça elle a passé 6 jours au chevet d'un mi-mourrant. Je me souvient encore lui dire sur le péron de la porte à son arrivé :

"J'ai une mauvaise nouvelle."
- Quoi ? Tu me fais peur ...
"J'ai mal aux dents."
- Oh ! ^^

Moi même je ne m'en faisait pas tout une histoire, le dentiste allait surement faire son boulot et je n'aurais plus mal en moins de de temps qu'il n'en faut pour signer un chèque. J'avais tord. La douleur n'a fait qu'enfler, mes tempes de battre le feu et moi de ne pas dormir. Ou juste une heure par-ci par là, au top de l'effet du paracetamol. Le 25, le jour de mon anniversaire j'allais tellement bien que je ne parlait plus qu'en geste à peine compréhensible de la main. une moitié de visage plus grosse que l'autre. On a fini par aller chez SOS médecin une première fois. Si Julie ne m'avais pas conduit j'aurais surement fait venir quelqu'un. J'y ai échangé un gros chèque contre une nouvelle boite de cachet à rajouter aux précédents. 2h aprés je n'en pouvait plus. De retour chez SOS médecin j'ai eut droit à une piqûre, dans les fesses messieurs dames, ce qui n'a pas manqué de faire rire Julie. Le soir, pour fêter mes 30ans j'ai eut droit à de la purée mousline et une mousse au chocolat.

Les 48h suivantes ont laissé le temps aux antibiotiques de faire effet, surement, et ça m'a permis de retourner voir enfin le dentiste qui s'est décidé à me retirer la dite couronne, pour ne rien trouver en dessous. J'ai un "pansement" maintenant. Mais au moins je n'ai plus mal aux dents. Elle me remettra gratuitement (on en reparlera surement de ça) la couronne dans 6 mois. Pour être sur qu'il n'y a plus d'infection.

Tous ces sous (les pannes, les impots, les taxes, les imprévus). Tous ces problèmes physique (le cou, les dents). Tous ces petits bonheurs vidéo-kdo-ludique m'ont fait perdre pied. Tant avec ce blog qu'avec moi ou qu'avec Julie, la pauvre.

J'en reparlerais. De mon anniversaire, et de Julie. En attendant faut que j'aille me faire couper les cheveux pour pas cher.

En attendant ...

En attendant ...

En attendant ...



Alors ? Qui a dit "pas de bras pas de chocolat" ?

4 GoW pour 4€ !

| 1 commentaires

Le 24 Octobre, entre deux giclées de pilule j'ai trouvé la force d'aller faire un tour au Leclerc du coin. Là bas en me baladant dans les allée mon regard à été attiré par une petite étiquette de prix électronique pour Gears Of Wars sur 360 (forcément) pour la modique somme de 1€. Bon, il y a forcément une erreur, mais vu que c'est une étiquette électronique l'erreur est informatique et sera la même en caisse non ? Je prends un exemplaire, je vais à une borne à code barre pour vérifier vite fait et l'article passe bien comme étant une "promo" sur GoW. Bon, à 1€ ça reste une erreur du responsable rayon mais bon, je retourne en rayon, j'attrape toute la pile et je file en caisse.

Là bas c'est le souc. Un client à qui on avait interdit de prendre son caddie en tissus pour faire ses courses en a simplement prit un dans le rayon idoine pour faire ses courses avant de l'abandonner lâchement en tête de caisse provoquant la colère de tout le personnel présent.

Ma caissière à qui je demande de d'abord passer un jeu pour vérifier une dernière fois le prix histoire d'être sur de mon coup s'exécute et s'étonne du prix. Je lui dit qu'il y a bien une erreur et que c'est bien pour ça que j'en prends autant. Elle s'en fou un peu forcément mais en chie un peu à ouvrir les boites, du coup elle appelle sa chef juste à coté pour lui filer un coup de main et lui demande si c'est normal cette promo à 1€ sur les jeux là. La chef s'interroge et fait venir le chef de rayon.

Le gars arrive, je lui explique que le "produit" est étiqueté à 1€, qu'il passe 1€ aux bornes à code barre et même en caisse et que donc, c'est bien le prix que je veux payer. Il me regarde avec des yeux de chien battu et me dit :

"Bah ouais ..."

Et voilà le travail !